Juste Désiré Mondelé publie un essai : «Enjeux et perspectives. Diversification économique au Congo Brazzaville»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«Enjeux et perspectives. Diversification économique au Congo Brazzaville». C’est le titre du livre que vient de publier Juste Désiré Mondelé, aux Editions Jean Picollec de France. Il s’agit d’un essai de 243 pages, portant préface de M. Sylvestre Didier Mavouenzela, le Président de la Chambre de commerce de Pointe-Noire. La présentation officielle de l’ouvrage a eu lieu le 24 novembre à la résidence du Consul général de France à Pointe-Noire.


Il est rare que la résidence du consul abrite la dédicace d’un ouvrage, entendu que généralement, ce genre de cérémonie se déroule à l’Institut français du Congo. Le rang social de l’auteur justifie–t-il cela ? Certainement pas. On dirait plutôt que l’importance du sujet et surtout le contenu de l’ouvrage ont convaincu M. Bertrand Cochery, l’ambassadeur de France au Congo, à accueillir la cérémonie de dédicace en la résidence de son consul.
En effet, le livre de juste Désiré Mondélé a le mérite d’ouvrir le débat sur un sujet tout aussi important qu’il est d’actualité : la diversification de l’économie du Congo. Un débat lancé à Pointe-Noire devant un parterre de personnalités de divers horizons ; des politiques, du monde littéraire, des économistes, des juristes, des chefs d’entreprises, des parlementaires, des diplomates, des journalistes, etc. Parmi lesquels le ministre de la Culture et des Arts, M. Dieudonné Moyongo, le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, Roland Bouiti-viaudo, et le Président de la commission économie et finance, M. Maurice Mavoungou, Christian Barros, le Président du patronat Unicongo, etc.
Le livre de Juste Désiré Mondélé est divisé en trois parties essentielles. Dans la première, il retrace l’historique de l’évolution économique du Congo dans un contexte d’instabilité des prix des produits de base. C’est ici qu’entre autres, l’auteur dégage les forces et faiblesses de l’économie congolaise.
Dans la deuxième partie, Juste Désiré Mondelé relève les fondements théoriques et le processus de diversification de l’économie congolaise. Dans cette partie, il observe principalement les stratégies, la portée et les obstacles de la diversification économique au Congo.
Enfin, dans la troisième partie intitulée : «Ressorts et perspectives d’actions en faveur de la diversification», l’écrivain revient sur plusieurs sujets d’actualité, notamment l’amélioration de l’environnement socioéconomique, les mécanismes d’appui au développement des branches et filières retenues pour diversifier l’économie congolaise, et enfin les sources possibles de financement des projets susceptibles de favoriser la diversification économique tant attendue.
Par rapport aux fonctions de l’auteur, conseiller spécial du Président de la République, chef du Département politique et aussi député de la majorité présidentielle, de nombreuses personnes se sont dites: «Ça y est, on est encore reparti dans le culte de la personnalité, dans un livre de propagande politique». Non ! Pas du tout ! C’est plutôt le côté d’économiste et de chef d’entreprise qui a prévalu dans la rédaction de cet ouvrage. Juste Mondelé est DG de la SOCOMAB S.A.
L’acteur économique qu’est Juste Désiré Mondelé aligne, dans son ouvrage, des chiffres, des faits et tableaux vérifiables. On ne triche pas avec l’économie. L’auteur éclaire les enjeux et perspectives de la diversification économique du Congo. Il alimente la réflexion et indique les solutions pour une diversification efficace, en proposant des voies pour atténuer l’impact des variations des prix du baril de pétrole, qui est jusque-là la principale source de revenue du Congo.
Le Congo, comme «la plupart des pays africains en proie à des crises provoquées par la chute des cours des matières premières ont opté pour la diversification de leurs économies. Mais au moment de la mise en œuvre, les choix divergents». C’est en cela que l’ouverture d’un débat sur la diversification de l’économie congolaise s’impose, écrit Didier Mavouenzela, dans sa préface. «C’est une réflexion sur les nouveaux paradigmes de développement qui est engagée, pour que les partenaires puissent être convaincus qu’il y a ici une énergie et des idées qui ne demandent qu’à être mobilisées», a dit l’ambassadeur de France, à cette occasion. Juste Désiré Mondelé a ouvert le débat.

Jean BANZOUZI MALONGA

Informations supplémentaires