11e coordination nationale de l’Alliance pour la République et la Démocratie (ARD) : Mathias Dzon appelle au rapatriement des fonds déposés sur des comptes à l’étranger

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

L’Alliance pour la République et la Démocratie, plateforme politique de l’opposition, a tenu samedi 11 novembre dernier à son siège à Brazzaville sous la direction de son président, l’ancien ministre Mathias Dzon, une session de coordination pour examiner la situation qui prévaut dans le pays, et de proposer des solutions à la crise multidimensionnelle qui plombe le Congo.

A cette occasion, le président de l’ARD a lancé un appel solennel à tous les patriotes, démocrates et républicains congolais, à se rassembler par-delà leurs différences, mais sur des bases politiques claires, en vue de la création d’une «Union des forces patriotiques et démocratiques du Congo» rassemblant l’ensemble des forces politiques et sociales qui «œuvrent réellement pour la résolution pacifique de la crise du pool, le retour d’une paix véritable et durable sur toute l’étendue du territoire national. La libération de tous les prisonniers politiques et le bannissement à jamais au Congo du délit d’opinion, la restauration des valeurs de la démocratie et de la République, la refondation de la gouvernance électorale, la réparation des injustices, la réconciliation nationale, la promotion du désir conscient et partagé de tous les citoyens congolais de vivre ensemble par-delà leurs différences».

En effet, cette assise s’est articulée autour des trois thèmes : «La crise financière et sociale qui plombe le Congo-Brazzaville : les pistes de solution de l’ARD»; «La crise du Pool : le point de vue de l’ARD» et de «Quelles stratégies pour booster le fonctionnement de l’ARD ?»
En ce qui concerne la crise financière sociale, l’ARD propose 18 mesures prioritaires, parmi lesquelles la définition et la mise en œuvre d’un nouveau cadre institutionnel. Dans cette optique et à titre temporaire, les nombreux centres de dépenses faramineuses comme le Sénat, l’Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle, le Conseil économique et social, le Conseil supérieur de la liberté de communication, et autre Médiateur de la République pourraient être suspendus, pour laisser la place à une seule assemblée, le Conseil de la nation. Ce dernier, ferait office de Parlement de transition. L’ARD propose également la réduction du nombre des ministres, des conseillers départementaux et communaux ; la suppression des postes de ministres d’Etat; le retraitement des fonds politiques du Président de la République dans le sens de leur réduction à un niveau qui n’excédera pas les 25 milliards par année dans les rubriques budgétaires ; la révision à la baisse des rémunérations des ministres, des parlementaires, des membres des bureaux des conseils départementaux et communaux, des préfets, sous-préfets, administrateurs, des PDG et des directeurs généraux des entreprises publiques, etc.
L’opposition réclame également le rapatriement de tout l’argent de l’Etat logé dans des comptes à l’étranger (Singapour, Brésil, Chine, Panama, Ile-Maurice, Koweït, Côte-d’Ivoire, Guinée-Conakry, Niger, RDC, Maroc, etc.) ; la création, au niveau de la police nationale, d’une brigade économique et financière, chargée d’effectuer des enquêtes financières et de suivre et contrôler la manière dont l’argent public est utilisé.
S’agissant de la crise du Pool, l’ARD reprend les généralités déjà exprimées par d’autres formations politiques,  de l’opposition ou de la majorité : la solution à la crise du Pool n’est ni militaire, ni judiciaire, elle est politique. «A de vrais problèmes, il faut éviter d’apporter de fausses solutions. Le Pool est une partie intégrante du Congo. Or tout le corps social congolais traverse une crise globale de caractère politique, économique, financière, social, électoral et sécuritaire. Pour sortir le Congo de cette crise multidimensionnelle, il faut apporter des solutions appropriées pour chacune de ces dimensions. Cela n’est possible que dans le cadre d’un véritable dialogue politique national et inclusif».
L’ARD réaffirme que la résolution de la crise spécifique du Pool passe, entre autres, par l’implication de toutes les forces vives de la nation dans la recherche d’une solution pacifique et le rejet de toute pseudo-solution impliquant les seuls ressortissants du Pool ; l’implication du pasteur Ntumi dans la recherche des solutions de sortie de crise ; la cessation immédiate des hostilités et le retrait du département du Pool de tous les éléments de l’armée, de la gendarmerie, de la police et des milices privées du pouvoir engagés dans le conflit ; la création d’une commission vérité et réconciliation et le pardon pour tous ceux qui se repentissent. La promulgation d’une amnistie pour tous les repentis qui s’engagent à rompre définitivement avec la violence comme méthode de conquête du pouvoir d’Etat ; le désarmement des milices ninjas et l’insertion sociale de leur élément; le dédommagement de toutes les victimes de la guerre du pool par la mise en œuvre d’une sorte de plan Marshall pour reconstruire les villages détruits, réparer les dommages causés à leurs habitants et relancer l’agriculture et l’élevage dévastés font également partir des mesures avancées.

Pascal-AZAD DOKO

Informations supplémentaires