Cinq ans après les explosions du 4 mars 2012 : Le complexe scolaire Révolution-Gampo Olilou inauguré à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le président de la République, Denis Sassou-Nguesso, a procédé, vendredi 6 octobre à Brazzaville, à l’inauguration du complexe scolaire abritant le Lycée de la Révolution et le CEG (Collège d’enseignement général) Gampo Olilou, situé dans le cinquième arrondissement Ouenzé, détruits lors des explosions du 4 mars 2012. Ces deux établissements constituent aujourd’hui un complexe scolaire ultra moderne construit par la société WIETC, au terne d’un chantier démarré en 2013 qui aura duré 31 mois et dont le coût s’élève à 27 milliards 674 millions 276 mille 618 francs CFA pour les infrastructures et 3 milliards 811 millions 309 mille 413 francs CFA pour la mise aux normes du gymnase et les équipements.

Le complexe scolaire, moderne, est doté de toutes les commodités permettant aux élèves d’étudier dans de meilleures conditions et aux enseignants de travailler dans un cadre confortable. Ce complexe scolaire est le plus moderne et le plus grand du Congo.

Présentant la fiche technique de l’ouvrage, le ministre de l’Aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux, Jean-Jacques Bouya, a indiqué que le complexe scolaire Révolution-Gampo Olilou est financé dans le cadre du partenariat stratégique entre la République du Congo et la République populaire de Chine et construit dans un style organisationnel bicéphale, sur un terrain de superficie de six hectares. Ce complexe est une composante du projet de modernisation de Ouenzé et M’pila. Les travaux de reconstruction du complexe ont porté sur la construction de deux blocs administratifs distincts pour le Lycée et le collège. Ils sont notamment composés de: un amphithéâtre de 364 places; une bibliothèque avec une salle de lecture attenante; un centre multimédia; des salles de réunions; des salles polyvalentes; des espaces de restauration; une infirmerie ; une quarantaine de bureaux ; trois salles de professeurs ; des blocs sanitaires. Il a par ailleurs que le caractère novateur de cet établissement tient à l’existence de douze salles de laboratoires équipés pour les langues, la physique, la chimie et les sciences de vie et de terre. La partie dynamique de l’école est composée de sept bâtiments scolaires dont trois pour le lycée et quatre pour le collège, d’une capacité totale de 175 classes de 54 élèves pour environ dix mille élèves.
Pour sa part, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, qui dans un discours fleuve de vingt-trois pages a en quelques sorte fait la plaidoirie de la situation des enseignants. «Ils ne sont restés que 18006 sur le terrain, à cause des départs massifs à la retraite et du non remplacement de ceux-ci, au lieu de 37432 qu’il en faut actuellement, soit un déficit de 19426 enseignants… Il va falloir, nous ont-ils dit, malgré la conjoncture dont ils ont pleine conscience, que vous pensiez à renforcer la corporation pour mieux servir la République dans ces belles infrastructures», a-t-il dit, dans un discours très lyrique.

Pascal AZAD DOKO

Informations supplémentaires