Université Marien Ngouabi : Grève maintenue, marche des «travailleurs affamés» en perspective

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les syndicalistes du SYNALU (Syndicat national de l’université), du SYPENES (Syndicat du personnel non enseignant du supérieur), et du SYNESUP (Syndicat des enseignants du supérieur) étaient en assemblée générale, le 6 octobre, à Brazzaville. A l’issue de cette rencontre, ils ont décidé du maintien de la grève déclenchée le 1er septembre. Et menacent d’organiser une marche des «travailleurs affamés de l’Université Marien Ngouabi». Voici l’intégralité du communiqué publié à l’issue de cette assemblée générale et qui porte les signatures de Jacques Mousssiéssié (SYNALU), Philippe Kalla Matongo (SYPENES) et Gabriel Bissanga (SYNESUP).


«Convoquée par le Collège intersyndical de l’Université Marien Ngouabi du 3 octobre 2017, l’Assemblée générale des syndicalistes du SYNESUP, du SYNALU et du SYPENES s’est tenue le vendredi, 6 octobre 2017, dans l’Amphithéâtre des Humanités du complexe universitaire de Bayardelle, pour faire le point de la grève déclenchée le 1er septembre 2017 et conduite à tenir.
Il en ressort que, malgré tous les contacts entrepris par la Coordination du Collège Intersyndical, aucune ligne n’a bougé dans le sens de la résolution des problèmes posés par les travailleurs de l’Université Marien Ngouabi.
En considération de ce qui précède, l’Assemblée générale des syndicalistes de l’Université Marien Ngouabi :
1. maintient la grève;
2. exige le paiement en bloc des salaires des mois de juin, juillet, août et septembre 2017, l’apurement des heures complémentaires, de surveillance et d’encadrement des thèses et mémoires des années antérieures et le décaissement de la subvention de fonctionnement des 1er, 2e et 3e trimestres 2017 ;
3. attire l’attention du Gouvernement de la République sur la perspective de l’organisation d’une marche des travailleurs affamés de l’Université Marien Ngouabi;
4. appelle la très haute attention de Son Excellence, Monsieur le Président de la République sur le risque de deux années académiques blanches (2016-2017 et 2017-2018) ;
5. demande très respectueusement une audience auprès de Son Excellence, Monsieur le Président de la République ;
6. appelle ses militants au calme, à la retenue et à la vigilance contre les tentatives de récupération politicienne de cette grève.

C.E.

Informations supplémentaires