P.a.d (Parti de l’alternance démocratique) : Vive indignation, après l’interdiction d’accès à la salle de spectacle du C.n.r.t.v

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le président du P.a.d, Emmanuel Ngouelondelé-Mongo, a exprimé sa vive indignation, lors d’un point de presse, samedi 22 janvier 2011, à l’hôtel Saphir, à Brazzaville, après le refus qui a été opposé à son parti, d’accéder à la salle de spectacle du C.n.r.t.v (Centre national de la radio et de la télévision), qu’il avait réservée moyennant paiement, pour la tenue d’une conférence-débat sur le bilan politique d’un demi-siècle d’indépendance du Congo.

Expliquant ce qui s’est  passé, Félix Demba-Nte lo, premier vice-président du P.a.d, a déclaré que la salle avait été réservée, moyennant paiement, dix jours avant la conférence-débat. Curieusement, le jour indiqué, c’est-à-dire, le samedi 22 janvier 2011, dans la matinée, les responsables du P.a.d se sont heurtés à des gendarmes qui leur ont interdit l’accès à l’immeuble. Cherchant à savoir ce qui se passait, ils ont entendu dire, auprès du responsable de la salle de spectacle qui leur a exprimé sa désolation.

Le président du P.a.d, les deux vice-présidents et la secrétaire générale se sont rendus, d’abord, auprès d’Aimé Emmanuel Yoka, ministre d’Etat, ministre de la justice et des droits humains, garde des sceaux, coordonnateur du pôle de la souveraineté, qui les a bien reçus. Celui-ci a marqué son étonnement, tout comme le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, qui les a reçus aussi et qui a promis vérifier la situation.

Le P.a.d a laissé entendre, au cours du point de presse, que la décision d’interdire la salle de spectacle du C.n.r.t.v serait venue du Ministère de la communication. Pour le président de ce parti, ce n’est que partie remise, la conférence-débat projetée par son parti aura lieu dans les jours à venir. La direction du P.a.d a saisi cette opportunité pour présenter une synthèse de son document sur le bilan politique d’un demi-siècle d’indépendance et les perspectives.

P.A DOKO