La 14e législature de l’Assemblée nationale est lancée : Un fidèle du président de la République, Isidore Mvouba, au perchoir

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La rumeur était convaincue qu’Isidore Mvouba présiderait l’Assemblée nationale, en lieu et place de Justin Koumba dont le mandat a failli être écourté. On avance qu’il a fallu des tractations longues et une bonne dose de compréhension pour qu’il soit maintenu à ce poste jusqu’à fin de la législature. Le choix d’Isidore Mvouba, ancien ministre d’Etat, coordonnateur de l’Action gouvernementale et ministre de l’Industrie et du développement industriel, est, avant tout, celui du président de la République entériné par son parti, le PCT.

La veille du vote, la formation présidentielle a réuni ses députés ainsi que ceux de la majorité à son siège communal de Mpila, pour passation de consignes et indiquer les noms des membres du bureau de l’Assemblée nationale.
La session inaugurale de la 14e législature a débuté à 15 heures 34mn, parce qu’il fallait attendre le retour des députés de la majorité présidentielle qui se trouvaient encore à Mpila, alors que ceux de l’opposition étaient dans la salle. La séance était prévue pour 14 heures. Seul Isidore Mvouba qui, par la suite, était rejoint par Mme Adelaïde Mougani, sans donner l’impression qu’il allait devenir le futur président de l’Assemblée nationale, étaient à cet instant présents dans la salle.
Plus étonnant, cette séance inaugurale n’a pas, comme à l’accoutumée, débuté par un huis clos de tous les députés de la majorité comme de l’opposition pour mettre en place le bureau provisoire devant diriger les travaux. La séance était publique. La presse était autorisée à rester dans la salle archicomble qui n’a pas pu contenir tout le monde, y compris la grande salle des congrès où un écran géant a été placé. Parents, familles, amis, connaissances, associations, etc., n’ont pas voulu rater l’événement.
Ainsi, le doyen d’âge, Clément Mouamba (73 ans), entouré des deux benjamins, Obam Ondon Antoine Bienaimé (député de Gamboma 2, dans le département des Plateaux) et Ngambili Ibam Bersol Exaucé (député de Djiri 2, l’arrondissement 9 de Brazzaville), ont composé le bureau d’âge. 144 députés étaient présents, dont 16 seulement de l’opposition: 7 de l’UPADS, l’ancien parti au pouvoir (1992-1997) et 9 indépendants du parti UDH-Yuki (Union des démocrates humanistes) de Guy Brice Parfait Kolélas qui pourrait être en tandem avec Pascal Tsaty-Mabiala pour constituer un groupe parlementaire.
Avant le vote, le premier secrétaire Obam Ondon Bien-aimé a donné lecture de la liste des 151 députés élus y compris ceux des circonscriptions du Pool où le vote n’a pu être organisé, sans lire la décision de la Cour constitutionnelle qui proroge le mandat de ces huit députés.  
Par ailleurs, les députés ont pris connaissance de la note du secrétaire général de la Cour constitutionnelle sur les recours en annulation qui concernent 40 circonscriptions dont l’élection est contestée devant cette haute juridiction, en attendant son verdict. Il s’agit de Makélékéké 1 et 3, Moungali 1 et 2, Ouenzé 1 et 4, Talangai 2, Mfilou 2, Djiri 1, Ile Mbamou, Ewo 1 et 2, Mbomo, Etoumbi, Kimongo, Nyanga, Louvakou, Yaya, Mbinda, Mayoko, Epena 1, Impfondo 1 et 2, Kintelé, Kinkala commune, Mvouti 1, Ngo, Tié-Tié 1, Mvoumvou, Ngoyo, Mossaka 1 et 2, Ngoko, Boundji, Bokouma, Loukoléla, Mfouati, Madingou, Souanké, et Zanaga.
L’élection des membres du bureau de l’Assemblée nationale était sans surprise. C’est le député Alain Moka, ancien président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, qui a fait l’unique proposition de candidature au bureau, excepté le poste de deuxième secrétaire qui revient de facto à l’opposition. Par la voix de Pascal Tsaty-Mabiala, premier secrétaire de l’UPADS, le seul parti de l’opposition parlementaire, Pascal Léyinda, député de Mayoko, département du Niari, était proposé à ce poste.  
Malheureusement, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou, exclu de l’UPADS et élu sous le label de La chaine, son association, a aussi confirmé sa candidature. Pascal Tsaty-Mabiala, sentant la défaite, sinon le complot ourdi pour placer à ce poste réservé à l’opposition un candidat qui n’a pas de parti et dont la position n’est pas encore déterminée quant à l’appartenance de son association a, simplement, demandé la parole pour retirer la candidature de son parti.
Le vote était à bulletin secret, comme le stipule le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Mais le jeu démocratique ne s’est pas vraiment fait, puisqu’il n’y avait pas de concurrents.  
Après leur élection, les membres du nouveau bureau ont été félicités par le président de séance, avant de prendre leurs fonctions, en s’installant à la tribune, sous les applaudissements de leurs collègues. Outre le président et les deux vice-présidents, Pierre Obambi (PCT) a été élu comme premier secrétaire; Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou (La chaine), deuxième secrétaire; Mme Virginie Euphrasie Dolama (PCT), premier questeur; Léonidas Mottom Mamoni (PCT), deuxième questeur.
Le grand absent du bureau est le MCDDI (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral) qui, dans l’ancien bureau, occupait le poste de deuxième questeur. Le parti du feu Bernard Bakana Kolélas paie son échec aux législatives où il est sorti avec aucun député élu, en dehors des trois députés qui ont été reconduits par la Cour constitutionnelle dans le département du Pool, notamment à Mbandza-Ndounga, Goma Tsé-Tsé et Mayama. Il ne pourra pas non plus constituer de groupe parlementaire. Un véritable cauchemar pour un vieux parti qui a longtemps régné sur la scène politique nationale.
Dans son allocution de circonstance, le président Isidore Mvouba a exprimé son émotion et toute sa gratitude à ses collègues qui l’ont élu. Tout en les invitant à être à l’écoute permanente du peuple, Isidore Mvouba leur a fait savoir qu’ils sont tous les enfants d’une même famille, «voués cœur et âme à notre identité républicaine. Vous devez agir pour la paix, la cohésion sociale, la solidarité et l’unité nationale».
Rappelons qu’au cours de cette session, les députés mettront en place le 29 août 2017, les différentes commissions permanentes, les groupes parlementaires et adopteront le règlement intérieur de la 14e législature.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires