Election présidentielle au Rwanda : Ecrasante victoire de Paul Kagame, réélu pour un troisième mandat

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Vendredi 4 août, près de 7 millions de Rwandais étaient aux urnes, pour élire leur nouveau leur Président de la République. Sans surprise, Paul Kagame, candidat du F.p.r (Front patriotique rwandais) a été réélu à 98,63% des suffrages exprimés, pour un troisième mandat.

Face à lui, il y avait deux candidats, Franck Habineza, leader du Parti démocratique vert, la seule formation de l’opposition autorisée dans le pays, et Philippe Mpayimana, candidat indépendant qui ont obtenu chacun moins de 1% des voix. Considérés comme des néophytes en politique ou de simples faire-valoir dans ce scrutin, les deux adversaires de Paul Kagame ont reconnu leur défaite et promettent de poursuivre désormais leur combat politique. Avec sa réélection, l’homme fort du Rwanda, âgé de 60 ans, conforté par les prérogatives que lui confère la Constitution votée il y a deux ans, pourra rester au pouvoir jusqu’en 2034.
C’était la fête dans le camp de Paul Kagame, après la publication des résultats officiels de l’élection présidentielle, samedi 5 août 2017. Ses partisans ont jubilé et exprimé la joie de voir leur «champion» continuer son règne à la tête du pays, vantant ainsi son action, jugée positive et rayonnante. «Je l’ai déjà dit, si le peuple n’avait pas souhaité que je me représente, c’est ce que j’aurais fait, j’aurais laissé quelqu’un d’autre diriger le pays. Je suis là, car je respecte la volonté du peuple et ce que vous attendez de moi», a dit Paul Kagame après sa victoire, qui a tout de même suscité des critiques notamment de la part des Etats-Unis d’Amérique qui ont noté quelques irrégularités dans le scrutin et qui estiment qu’il n’y pas eu élection en réalité. L’un de ses deux challengers, Franck Habineza a déclaré: «Nous n’abandonnons pas, c’est notre première élection. Nous sommes persuadés que nous gagnerons la prochaine fois». Le taux de participation à cette élection s’est élevé à 96,42% des 6,9 millions d’électeurs inscrits.
Au pouvoir depuis le 17 avril 2000, Paul Kagame a fait du Rwanda, un pays florissant et l’a véritablement remis sur pied. Il a eu le mérite d’arrêter le douloureux événement du génocide de 1994 dont il a fait oublier les stigmates et il a porté son pays vers de nouveaux horizons avec une croissance économique rapide. Grâce à sa vision tournée vers l’avenir et le développement, il a considérablement transformé Kigali, la capitale, en une ville coquette, devenant ainsi l’une des destinations les plus attractives en Afrique. On lui doit également la rigueur, la lutte contre la corruption et les décisions fermes dans la gestion de la chose publique. Nonobstant ses rapports tendus avec certaines grandes puissances particulièrement la France, il reste un dirigeant serein et convaincu de son idéal.
Aux yeux de ses détracteurs, l’homme fort du Rwanda qui pourra diriger son pays jusqu’à 2034, grâce à une révision constitutionnelle approuvée par référendum en 2015, n’a jamais été à l’abri des critiques parfois cinglantes. Qualifié de Président inoxydable par certains, il est souvent accusé de museler la presse et l’opposition et de diriger son pays d’une main de fer à travers un règne sans partage.
Au Congo, la communauté rwandaise n’était pas en reste quant à la réélection de Paul Kagame. A l’instar de leurs compatriotes de la diaspora, les Rwandais vivant au Congo ont eux aussi exercé leur droit de vote. Cette communauté rwandaise, établie au Congo depuis 30 ans, est principalement installée en banlieue Nord de Brazzaville, dans la communauté urbaine de Kintelé. Elle est forte d’environ 10.273 personnes, sans compter les demandeurs d’asile au nombre de 479 réfugiés dont le titre de séjour devra officiellement s’achever le 31 décembre prochain, selon l’accord tripartite conclu entre le Rwanda, la République du Congo et le H.c.r (Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés).

Aristide Ghislain NGOUMA


Informations supplémentaires