U.d.r-Mwinda : Une messe pour le dixième anniversaire de la mort d’André Milongo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

23 juillet 2007- 23 juillet 2017, les militants et les cadres de l’U.d.r-Mwinda se sont souvenus du père-fondateur de leur parti, André Nsatouabantou Milongo, affectueusement appelé Ya Milos. Ancien Trésorier payeur général (1964-1969), ancien administrateur de la B.a.d (Banque africaine de développement) (1976-1983) et de la Banque mondiale (1986-19990), André Milongo est un homme d’Etat congolais qui a été Premier ministre chef du gouvernement et chef suprême des armées pendant la Transition démocratique (1991-1992) et ancien président de l’Assemblée nationale, sous le régime du Président Pascal Lissouba.

Ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle d’août de 1992 et de mars 2002, il est fondateur, en 1992, de l’U.d.r-Mwinda (Union pour la démocratie et la république). Décédé à Paris (France), le 23 juillet 2007, il est inhumé à Mafouta, un quartier de Makélékélé (arrondissement 3), au Sud de Brazzaville.

Samedi 29 juillet 2017, une messe d’action de grâce a été célébrée, à la demande de l’U.d.r-Mwinda, en l’église Saint-François d’Assise, à Brazzaville, en mémoire d’André Nsatouabantou Milongo, à l’occasion du dixième anniversaire de son décès.
Célébrée par l’Abbé Chris Massamba, vicaire de la Paroisse de Ngamakosso, à Talangaï, le sixième arrondissement de la ville, cette messe a connu la participation de Paul Dihoulou, secrétaire général de l’U.d.r-Mwinda, des membres de la direction nationale de ce parti, des militants, des représentants des partis amis et des connaissances.
L’émotion était grande. Le souvenir de Ya Milos est encore vivace dans la mémoire de ceux qui l’ont connu et aimé. La messe était animée par la chorale de la Paroisse Saint-François d’Assise, avec des cantiques qui ont émerveillé l’assistance. Dans son homélie, l’Abbé Chris Massamba a mis en exergue les valeurs morales et intrinsèques qu’incarnait l’illustre disparu. «André Nsatouabantou Milongo avait le sens élevé du devoir et de l’amour de la patrie. Rassembleur à souhait, il était sensible aux souffrances des autres», a-t-il dit.
Dans son mot de remerciement, le secrétaire général de l’U.d.r-Mwinda a indiqué qu’il a de nombreux souvenirs du président-fondateur de son parti, mais il en retient une chose: l’œuvre inachevée d’André Nsatouabantou Milongo: «Le grand souvenir, disons plutôt l’enseignement que je tire de la vie politique du président André Nsatouabantou Milongo, c’est sa grande capacité d’écoute et de persuasion. Prenons l’exemple de l’U.d.r-Mwinda: ce parti est le résultat d’un compromis politique et historique. Milongo a concilié les démocrates et les républicains. Ce qui paraissait contradictoire aux yeux de tous, Milongo l’a moulé en un seul parti, car les valeurs défendues par les deux courants de pensées sont complémentaires. Cette réussite, Milongo la doit aux valeurs qu’il a incarnées. Les valeurs de paix, de démocratie, de justice sociale, de tolérance, d’unité et de réconciliation nationale ont constitué le socle du combat politique qui a guidé son action. Le Congo était sa passion et la paix son credo. Combien de crises politiques aurait-on évitées et de vies humaines sauvées, si on l’avait écouté. Que son âme repose dans la paix du Christ-Jésus!».
A la fin de la messe, quelques responsables des partis politiques ont aussi donné leurs impressions:
- Paul-Marie Mpouelé, du R.o.c (Rassemblement de l’opposition congolaise): «J’ai connu le président Milongo en 2002 où nous étions dans le même groupe parlementaire de l’Assemblée nationale avec Joseph Kignoumbi-Kia-Mboungou. Je garde de lui, le souvenir d’un homme humble, pétri de connaissances. Mais très humble et respectueux des institutions et de la République. C’est son humilité qui m’a beaucoup marqué. Je crois que c’est un exemple à suivre. Il est resté humble, jusqu’à la fin de sa vie».
- Clotaire Mboussa Ellah du C.a.r (Comité d’action pour le renouveau): «Le président Milongo était un grand homme politique. Je l’ai connu depuis de longues dates. Il était vraiment un bel exemple pour la démocratie, parce que je l’ai connu depuis la Transition, quand il a montré un bon exemple, surtout dans la gestion de la chose publique. Je garde un grand souvenir de cet homme que j’admire beaucoup».
- Casimir Mampouya du C.r.d.p (Congrès républicain pour la démocratie et le progrès): «Ya Milos fait partie des gens qui m’ont amené à faire la politique, à aimer la politique, la vraie politique. Pendant qu’il est aux commandes, j’étais en France. Il m’a donné l’envie de rentrer au pays, pour m’occuper de la politique. Aujourd’hui, en tant que président d’un parti membre de la majorité présidentielle, c’est un grand honneur, pour moi, d’assister au 10e anniversaire de sa mort. Ce que je retiens de lui, c’est qu’il était un grand homme d’une sagesse énorme politique».

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires