2ème session ordinaire du Conseil économique et social : Jean Marie Tassoua a mis l'accent sur les missions de l'institution

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le C.e.s (Conseil économique et social) a ouvert, mardi 12 septembre 2011, dans la salle de conférences de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), sa deuxième session ordinaire, consacrée à l'examen de son projet de budget, exercice 2012. C'était sous les auspices de Jean Marie Tassoua, président de cette institution, qui était entouré de Jeanne Dambenzet et Michel Mampouya, respectivement, première et deuxième vice-président, en présence d'Yves Ickonga, conseiller technique du chef de l'Etat, chargé des institutions.

La session ordinaire dite budgétaire du Conseil  économique et social est précédée d'un atelier de formation sur la G.a.r (Gestion axée sur les résultats), organisé en partenariat avec le P.n.u.d (Programme des Nations unies pour le développement). L'objectif est de renforcer les capacités opérationnelles des membres du C.e.s, de leur faire acquérir les connaissances sur ce concept, notamment une bonne compréhension du cadre conceptuel, et, surtout, de l'intérêt du nouveau code des marchés.

Quant à la session, elle-même, qui prendra fin le 26 septembre prochain, elle est consacrée à l'examen du budget du conseil, exercice 2012. Il ne devrait pas y avoir beaucoup de débats. «Celui-ci étant un budget de transfert, il ne nous appartient pas d'apporter de nouvelles innovations. Mais, plutôt, de suggérer et d'optimiser notre gestion, afin d'atteindre les résultats escomptés», a précisé Jean Marie Tassoua.

Par ailleurs, le président du C.e.s a salué la mise en œuvre des nouvelles réformes relatives à la gestion des investissements publics, conformément au décret présidentiel n°2009-156 du 20 mai 2009 portant code des marchés publics. «Ces réformes nous éclairent et nous nous réjouissons de constater les retombées en matière de bonne gestion avec pour résultat la modernisation et l'équipement de la salle de réunion, la connexion en cours du bâtiment de l'institution au réseau Intranet et Internet, ainsi que la réception au port de Pointe-Noire de moyens roulants pour les membres du bureau, des commissions permanentes et du personnel technique», a déclaré le président du Conseil économique et social, en faisant allusion à son institution.

Pour Jean Marie Tassoua, la visibilité retrouvée par le Conseil économique et social, tant au niveau national qu'international, est le fait de la nouvelle gestion générée par les réformes en cours dans le pays. «La reconduction du Congo au conseil d'administration de l'A.i.c.e.s.i.s et la signature de l'accord de coopération de notre Conseil économique et social avec le Conseil de développement économique et social du Brésil, en marge de l'assemblée générale tenue à Rome, en juillet 2011, en sont aussi un vibrant témoignage», a-t-il dit, tout en signifiant que la tenue régulière des sessions du conseil est un signe encourageant de la vitalité de son institution.

Toutefois, le président du Conseil économique et social a indiqué que son institution est appelée à relever des défis multiformes dans le cadre de ses missions de conseiller du gouvernement, dans les domaines économique et social. «Celles-ci sont, essentiellement, basées sur l'élaboration des études, des avis et des rapports de très haut niveau et nécessitent une organisation du travail spécifique et des moyens conséquents», a-t-il dit.

A cet effet, il a exhorté les conseillers a être attentifs et à faire preuve d'imagination créative durant leur session, afin de donner au Conseil économique et social, les moyens nécessaires de jouer, pleinement, son rôle d'interface, de dialogue et de boîte à outils, dans l'élaboration et l'évaluation des politiques publiques sur les questions économiques, sociales, culturelles et, pourquoi pas, environnementales… «Je souhaite, vivement, que tous, ensemble, nous puissions prendre toute la mesure de notre charge et travailler en sorte que le conseil assume, pleinement et efficacement, son exaltante mission de conseiller du gouvernement en matière de gouvernance économique et sociale, pour un développement harmonieux et durable de notre pays», a-t-il fait savoir.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires