Fête du 14 juillet à La Case De Gaulle (Brazzaville) : Bertrand Cochery a rassuré que le Congo peut compter sur l’aide de la France

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il est une tradition, depuis le 14 juillet 1880, les Français célèbrent la date du 14 juillet 1789, jour de la prise de la Bastille, prison symbole de l’arbitraire royal. La prise de la Bastille, pendant la Révolution française, est le grand symbole de la libération.

Le 14 juillet dernier a donné lieu, comme à l’accoutumée, à une réception à La Case De Gaulle (résidence de l’ambassadeur de France), à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville, par Bertrand Cochery, devant un parterre d’invités, dont une forte délégation gouvernementale conduite par Jean-Claude Gakosso, ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger. Le diplomate français a rassuré que le Congo peut compter sur l’aide de la France, en ces temps difficiles de crise économique.
Dans l’allocution qu’il a prononcée, Bernard Cochery, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de France au Congo, est revenu sur la détermination de son pays face aux menaces des temps présents, en appelant à la vigilance. Entre autres menaces: le terrorisme et le fanatisme religieux, les menaces nucléaires, le drame migratoire en Méditerranée, la fissure dans les unions et les alliances, l’explosion des violences sociales, la remise en cause unilatérale des engagements pris dans la lutte contre le réchauffement climatique, etc. «De ces menaces qui frappent à nos portes, en ces temps d’incertitudes… nous devons être vigilants, contre la folie des hommes… le peuple de France a décidé de rassembler ses énergies et de remettre la République en marche, pour ne pas être en marge», a-t-il indiqué.
Puis, il a évoqué les grands axes qui caractérisent les relations bilatérales entre la France et le Congo, ainsi que l’engagement de la France à venir à la rescousse du Congo qui ploie sous le poids d’une crise économique aigüe. «S’agissant de notre relation bilatérale, cette résolution et cette confiance doivent nous inspirer, pour affronter, avec plus de détermination, les défis auxquels est confronté le Congo… Le Congo peut compter sur l’aide de la France, pour relever les défis les plus brûlants du moment», a-t-il fait savoir.
Les relations de coopération dans les domaines de la défense, la santé, l’environnement, l’économie, etc, ont été évoquées. La culture et l’éducation, qui sont au cœur de l’action française au Congo, selon Bertrand Cochery, ont aussi été épinglées, dans son discours de circonstance. Il convient, par ailleurs, de rappeler que le 14 juillet 2017 a été marqué, en France, par la commémoration du premier anniversaire des attentats de Nice qui avaient fait plus de 80 victimes, et par le centième anniversaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis, en 1917, pendant la Première guerre mondiale. D’où la présence, à ces festivités, du Président américain Donald Trump et des troupes américaines défilant sur le Boulevard des Champs Elysées, à Paris, aux côtés des troupes françaises.
Signalons qu’à l’occasion de cette réception, Cyprien Mamina, secrétaire général du Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, a reçu sa distinction, décernée par le Président français, au grade de chevalier dans la Légion d’honneur, pour son action remarquable dans les relations franco-congolaises. Il a été décoré par Bertrand Cochery.

Marcellin MOUZITA MOUKOUAMOU


Informations supplémentaires