U.d.h-Yuki (Union des démocrates humanistes) : Un carnaval de campagne électorale tourne au drame: 7 morts et 82 blessés

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La fin de la campagne électorale des candidats de l’U.d.h (Union des démocrates humanistes)-Yuki, le parti de Guy-Brice Parfait Kolélas, a été ponctuée par un carnaval qui a, malheureusement, tourné au drame, à la suite d’un accident qui s’est produit le vendredi 14 juillet 2017, à Massissia, un quartier du 8e arrondissement Madibou, à Brazzaville.

Le bilan est de 7 morts et 82 blessé,s dont certains sont dans un état grave. Ils sont admis, depuis, à l’Hôpital de base de Makélékélé et à l’Hôpittal militaire Pierre Mobengo. Le président Guy-Brice Parfait Kolélas était à leur chevet, le samedi 15 juillet dernier. A cette occasion, il a annoncé l’ouverture d’une cellule de victimes au siège de son parti et des journées de prière et de recueillement dans les églises.

Pour le président de l’U.d.h-Yuki, l’accident dont ont été victimes ses militants relève de la bêtise humaine. «Des conducteurs ivres balançaient les véhicules de gauche à droite. L’un d’entre eux est allé entrer dans un caniveau. C’est ce qui s’est passé», a précisé Guy Brice Parfait Kolélas, qui a promis de saisir la policière judiciaire, en vue d’une enquête.
Des blessés, dont certains graves, ont été admis à l’Hôpital de base de Makélékélé et à l’Hôpital militaire Pierre Mobengo et leurs soins sont pris en charge par le parti de Guy-Brice Parfait Kolélas, qui leur a rendu visite. Une manière de les réconforter et d’être à leur chevet.
Faisant le point de sa tournée, il a annoncé l’ouverture d’une cellule de victimes au siège de son parti, au quartier Mpissa, dans le premier arrondissement Makélékélé. «La cellule de suivi informera les militants de l’évolution de la situation», a-t-il indiqué. De même, «des journées de méditation seront organisées, à partir du lundi 17 juillet. Un calendrier sera établi. Nous mettrons en place des séances de recueillement de prières dans les églises», a-t-il ajouté.
Dans l’opinion, le leader de Yuki est critiqué pour le manque d’esprit de responsabilité qui aurait pu permettre d’éviter ce genre de drame. L’enthousiasme des militants et sympathisants, même en période électorale, ne doit pas faire oublier les exigences du code de conduite automobile. Des chauffeurs ivres et enthousiastes sont un vrai danger pour la route. L’on comprend pourquoi la police a dû stopper un cortège de Yuki, au niveau du rond-point de la Place de la République (ex-rond-point du C.c.f), à cause des jeunes juchés sur les véhicules. L’enthousiasme politique ne doit faire oublier les exigences de sécurité. Voilà l’une des leçons qu’il faut tirer de ce drame qui a endeuillé la campagne électorale dans le pays.

Cyr Armel
YABBAT-NGO


Informations supplémentaires