Assemblée générale ordinaire de la Capped : Vers un nouveau statut, pour se conformer à la réglementation de la Cobac

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Capped (Caisse de participation à la promotion des entreprises et à leur développement), un établissement de microfinance de première catégorie, a tenu la 15e session ordinaire de son assemblée générale, samedi 24 juin 2017, dans la salle de conférences de la Préfecture de Brazzaville. Sous le patronage de Paul Kampakol, président du conseil d’administration de la Capped.

En présence de la directrice, Ghislaine Mackiza-Mampouya, et des autres membres du bureau du conseil d’administration. Le budget prévisionnel 2017 adopté est de 1.617.546.274 francs Cfa, en baisse légère par rapport à celui de 2016, et il y a eu aussi l’élection de nouveaux membres du conseil de surveillance.

D’entrée de jeu, les participants ont suivi l’audition du rapport moral du président du conseil d’administration et celui du président du conseil de surveillance veillant à la performance de sécurité. Ces deux rapports ont été complétés par la présentation du rapport portant sur les activités de l’année 2016 et celui sur l’audit 2016.  
Les conclusions de cette instance ont fait ressortir que l’année 2016 a placé la Capped dans une période difficile, à la suite de l’attaque des quartiers Sud de Brazzaville et de la crise du Pool, combinées à la crise économique due à la chute du prix du baril de pétrole. Cela a provoqué une baisse de ses activités de près de 35%, bien que son fonctionnement ne s’en trouve pas affecté. A la lumière des  échanges, les  participants ont été suffisamment édifiés sur le fonctionnement de leur caisse.
Face à cela, la Capped n’a eu d’autres solutions que de procéder à la suspension des crédits, le temps d’observer le dénouement de la situation, pendant plus de six mois. Cette décision a pénalisé de nombreux entrepreneurs, causant ainsi une baisse sensible du taux de remboursement des crédits. Il y a eu également des cas de mauvaise foi (une malversation financière et un non-remboursement de crédits). Conséquence: une partie des réserves a été entamée. A ce sujet, Paul Kampakol a rassuré les membres, en apportant un éclairage. «La perte d’exploitation n’est pas un manquant de caisse ou un détournement pouvant faire courir le risque de trésorerie pour votre argent. Nos ratios à ce niveau sont dans les normes et vous pouvez continuer à travailler en toute tranquillité. Ce qui est entamé, c’est une partie de nos réserves, dont la principale fonction est, justement, celle de permettre aux établissements de microfinance qui la constituent, de pouvoir faire face aux pertes éventuelles», a-t-il déclaré.
De manière générale, l’analyse  dégagée à cette instance a démontré que la Capped jouit d’une santé financière encourageante.
Sur le plan stratégique, elle continue de marquer un véritable progrès. A ce titre, les membres ont souhaité que, sur le plan marketing, l’avancement pour son implantation doit  se poursuivre pour sa visibilité à travers le pays.
A cette assemblée générale, le président du conseil d’administration a annoncé que dans quelques mois, la nouvelle règlementation de la Cobac (Commission bancaire de l’Afrique centrale) sur la microfinance sera mise en place. Elle se caractérise, entre autres, par la disparition des établissements de microfinance de première catégorie de type associatif. La Capped est concernée et devra faire son choix dans les deux ans à venir. «Nous n’avons que deux possibilités: devenir soit une mutuelle, avec comme contraintes principales de transformer chaque agence en entité affiliée qui devrait obtenir un agrément pour chaque chef d’agence et avoir un conseil d’administration, puis appartenir à une fédération à créer; soit une société financière qui ouvrirait son capital à un nombre donné d’actionnaires, sachant que le montant minimum exigé est passé de 50 à 500 millions de francs Cfa. A ce sujet, le Forum des jeunes entreprises du Congo et la Capped ont lancé, il y a plus de deux ans, un vaste chantier que nous avons dit de refondation. Un comité de pilotage a été mis en place et avance dans sa réflexion», a déclaré Paul Kampakol. Des résolutions et une recommandation ont été formulées poussant les gestionnaires de cet établissement de micro finance à poursuivre le rayonnement de la Capped.

Philippe BANZ

Informations supplémentaires