Commandant Chad Polumbo, Chef du Bureau de coopération militaire à l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique : «Les Etats-Unis considèrent le Congo comme un partenaire militaire pour promouvoir la paix régionale et la sécurité»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Chef du Bureau de coopération militaire à l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, le commandant Chad Polumbo a animé, du 18 au 21 avril 2017, au Mess des officiers, à Brazzaville, un séminaire de formation, au profit des officiers des F.a.c (Forces armées congolaises), sur le thème: «La défense internationale de la patrie».

Cette formation a été organisée en coopération avec la Digescom (Direction générale des affaires stratégique et de la coopération militaire) relevant du Ministère de la défense. Dans l’interview qu’il a accordée à la presse à l’issue de cette formation, il parle des relations militaires entre son pays et le Congo.
* Comment considérez-vous les relations militaires entre le Congo et les Etats-Unis d’Amérique?
** Depuis la signature du protocole d’accord 505, en 2014, les Etats-Unis considèrent le Congo comme un partenaire militaire pour promouvoir la paix régionale et la sécurité. Nous entraînons en partenariat les officiers de maintien de paix congolais déployés en République Centrafricaine; nous travaillons ensemble pour accroître la sécurité et combattre la piraterie dans le golfe de Guinée et nous encourageons la coopération militaire, pour assurer la sécurité régionale.

* Qu’est-ce que le protocole d’accord 505?
** Le protocole d’accord 505 renforce la coopération militaire entre les Etats-Unis et la République du Congo, par le biais du transfert d’équipement de défense, de la formation et d’autres services de défense y relatifs. A travers cet accord, les Etats-Unis soutiennent le Congo et les efforts de la communauté internationale, pour la résolution des conflits dans la région.

* Pouvez-vous donner un exemple d’un tel soutien?
** Certainement, les Etats-Unis fournissent un soutien logistique et entraînent annuellement les militaires des Forces armées congolaises, déployés en Centrafrique, par l’entremise de la Minusca. Le but est de mieux protéger les civils et de soutenir le processus de relève en République Centrafricaine.

* Quels sont les autres programmes militaires que vous avez organisés en partenariat avec le Congo?
** Chaque année, les États-Unis investissent dans la formation du personnel des Forces armées congolaise. Par exemple: l’envoi d’officiers des Fac dans des écoles militaires professionnelles américaines. Nous collaborons avec les Forces navales dans l’exercice maritime du golfe de Guinée «Obangame Express», pour lutter contre la piraterie maritime, en renforçant la sécurité et la sécurité des citoyens congolais.
Nous avons organisé, récemment, une formation sur les principes fondamentaux de la maintenance des aéronefs, avec les Forces aériennes et l’Armée de l’air américaine. Nous assistons également les Fac, dans l’initiative logistique des opérations de maintien de paix en Afrique, en sigle Apoli, lequel forme les officiers des Fac dans la gestion en chaîne des provisions, pour les missions de maintien de paix.

* Quels sont les objectifs des ateliers que vous avez organisés sur les relations entre les civils et les militaires?
** C’est pour fortifier les liens entre les civils et les militaires. L’objectif est d’établir et de maintenir une relation positive entre les militaires et les civils pour une paix durable.

* Est-ce la première fois que vous organisez ce genre d’ateliers au Congo?
** Non, ce n’est pas la première fois et nous espérons que nous pourrons le faire régulièrement. En plus des formations, l’année passée, nous avons mis un accent particulier sur l’intégration des femmes dans les Forces armées. Cette année, nous avons inclus une section sur la défense de la patrie, pour la sécurité nationale.

Propos recueillis
par Philippe BANZ

Informations supplémentaires