Congo – Gambie : Adama Barrow, à Brazzaville, pour «apprendre de l’expérience» du «grand-frère» Sassou-Nguesso

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Président gambien Adama Barrow a effectué une visite officielle de 48 heures, à Brazzaville, du 14 au 15 avril dernier. Accueilli à l’aéroport international Maya-Maya, par son homologue Denis Sassou-Nguesso, président de la République du Congo, Adama Barrow a eu droit aux honneurs officiels, avec exécution des hymnes des deux pays.

Répondant aux questions des journalistes congolais, le Chef d’Etat gambien a déclaré, sur les raisons de sa visite qu’il est venu auprès de son «grand-frère», Denis Sassou-Nguesso, pour «apprendre de son expérience». «Il est important pour moi de rencontrer un doyen afin de pouvoir apprendre de son expérience», a-t-il précisé.

Il avait remporté, contre toute attente, l’élection présidentielle du 1er décembre 2016, avec 43,3% des voix, puisque c’est une élection à tour unique. Mais, Adama Barrow, candidat de l’opposition, avait dû quitter son pays, après les heurts et l’état d’urgence décrété par l’ex-dictateur Yahya Jammeh qui dirigeait le pays d’une main de fer. Son élection est reconnue par la communauté internationale et Adama Barrow prête serment à l’ambassade gambienne, à Dakar (Sénégal), le 19 janvier 2017. Il n’est revenu à Banjul, la capitale gambienne, le 26 janvier, qu’après la menace d’intervention militaire des armées sénégalaise et nigériane agissant sous la tutelle de la C.e.d.e.a.o (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest), ayant obligé Yahya Jammeh à prendre le chemin de l’exil en Guinée Equatoriale. Le Président Adama Barrow (52 ans) est investi le jour de la fête nationale, le 18 février 2017.
Après sa visite, au mois de mars dernier, à Paris (France) où il a été reçu par le Président François Hollande, et à Bruxelles où il a relancé la coopération économique avec les partenaires de la Gambie, le Président Barrow a choisi Brazzaville, comme premier pays d’Afrique centrale qu’il a visité. Pour lui, sa visite dans la capitale congolaise est d’abord une question de puiser à l’expérience d’un ainé. «La motivation de mon voyage au Congo est très claire: le Président Denis Sassou-Nguesso a une assez longue expérience et, en tant que nouveau Président d’un pays (…), d’une nouvelle démocratie, il était important, pour moi, de le rencontrer, afin d’apprendre de son expérience», a-t-il précisé, avant d’ajouter plus loin: «Ma venue au Congo, c’est pour la solidarité africaine.  Nous avons des gens qui ont l’expérience, qui ont été aux affaires pendant très longtemps, tous les jeunes présidents devraient apprendre auprès d’eux», a-t-il expliqué, ajoutant que «Le Président Sassou-Nguesso pourrait être un excellent conseiller».
Le Président gambien pense aussi que l’expérience des autorités congolaises dans le domaine de la réconciliation peut aussi aider les Gambiens. «Je pense que le Congo est un bon exemple et pourrait aider dans le sens où ce pays a vécu une situation quelque peu similaire à celle de la Gambie», a-t-il déclaré.
Le 6 avril dernier, la Gambie a organisé les élections législatives qui ont été remporté par le parti au pouvoir qui a obtenu 31 des 53 sièges de l’assemblée nationale. Arrivé au pouvoir dans des conditions financières difficiles, les caisses de l’Etat ayant été vidées par son prédécesseur, le Président Barrow a réussi là un  grand exploit. «Nous nous sommes engagés pour la démocratie et le changement et à ce titre, nous n’avons donc pas d’autres choix que de maintenir ce qui avait été décidé», a-t-il souligné, à propos de l’organisation de ce scrutin.
Pendant son séjour à Brazzaville, le Président gambien a eu des entretiens en tête-à-tête avec son homologue congolais, au cours desquels, ils ont eu «un large échange de vue sur des questions bilatérales, régionales et internationales», précise le communiqué de presse publié à cet effet. Ils ont convenu de «renforcer» les relations dans l’intérêt de leurs deux pays et des peuples gambien et congolais.

Pascal Azad DOKO

Informations supplémentaires