Salon international des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane 2017) : Promouvoir les technologies de l’information et de la communication au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Salon international des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane 2017) a ouvert ses portes au Palais des congrès, à Brazzaville, mardi 11 avril 2017, sous le patronage du ministre d’Etat Claude Alphonse N’Silou, agissant au nom du Premier ministre, en présence de quelques membres du gouvernement, notamment Thierry Moungalla, ministre de la communication et des médias, Léon-Juste Ibombo,...()

ministre des postes et des télécommunications, Hellot Matson Mampouya, ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, Rosalie Matondo, ministre de l’économie forestière, du développement durable et de l’environnement et Benoît Bati, ministre délégué chargé de l’économie numérique et de la prospective. Plusieurs sociétés du monde numérique ont ouvert des stands, au Palais des congrès dans le cadre de ce salon qui se tient pendant quatre jours.

Organisé à l’initiative de l’Association Pratic, que dirige Luc Missidimbazi, en partenariat avec l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et communication électronique) et sous le patronage du Ministère des postes et des télécommunications, le salon du numérique Osiane 2017 est à la fois un espace de communications et de débats sur les sujets relatifs aux technologies de l’information et de la communication et un  espace de démonstration et de commerce des produits de télécommunication et solutions numériques conçues pour divers usages.
A la cérémonie d’ouverture, des communications inaugurales ont été présentées sur les thèmes suivants: «finance et économie»; «sécurité et surveillance du territoire», développés par Pierre Dandjinu, président du Cann Afrique et Djibrilla Adamo Issa, représentant-résident de la Banque mondiale. «Ce forum aura des enjeux majeurs dans divers domaines. Cependant, le Congo doit relever les défis qui se présentent pour être au même niveau avec certains pays déjà avancés dans le domaine des nouvelles technologies», a dit le ministre d’Etat Claude Alphonse N’Silou dans son allocution d’ouverture.
«Il faut que les pays africains, particulièrement le Congo puisse développer le secteur du numérique, gérer les infrastructures, afin de promouvoir les investissements privés dans les secteurs hors-pétrole, qui est d’ailleurs la principale ressource financière dans le budget de l’Etat. Aussi, les jeunes qui utilisent le numérique doivent se former de plus en plus pour prétendre créer des emplois. L’Afrique bouge et beaucoup de choses se font dans certains pays, mais pas assez. Les pouvoirs publics ont intérêt à mettre tout en œuvre pour une gouvernance inclusif qui reconnais aussi le droit de la concurrence», a dit Dominique Dhello, directrice du Salon Osiane2017.   
Le salon Osiane 2017 est un  espace de rencontre entre acteurs économiques, sociaux et administratifs intéressés par le développement du numérique au Congo. Il présente des opportunités d’affaires B2B, l’exposition des produits, etc. De manière générale, le salon Osiane a pour objectif de faire la promotion des T.i.c (Technologies de l’information et de la communication) offrir une plateforme d’échange sur le monde numérique. Ce genre d’initiative est à encourager comme fait le gouvernement, car pour l’instant, la contribution de l’économie numérique au P.i.b (Produit intérieur brut) ne dépasse pas les 1% au Congo.
Après la cérémonie d’ouverture, les participants ont suivi deux panels animés par les ministres Thierry Moungalla et Bernard Bati. Le tout ponctué par une visite guidée des stands installés dans le hall du Palais des congrès.

Pascal BIOZI KIMINOU

Informations supplémentaires