Tribunal de grande instance de Brazzaville : Les administrateurs-maires appelés à soutenir la lutte contre les «Bébés noirs»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Brazzaville, André Gakala-Oko, a demandé aux administrateurs-maires de s’impliquer dans la lutte contre les groupes «Bébés noirs» qui sèment la terreur dans les quartiers de la ville-capitale. C’était lors d’une rencontre, lundi 10 avril 2017, en présence du secrétaire général de la maire de Brazzaville, du représentant du préfet du Département de Brazzaville.


Selon  l’article 16 nouveau du code de procédure pénale, les administrateurs-maires d’arrondissement jouissent de la qualité d’officier de police judiciaire. En même temps, ils ont la mission de gérer la ville capitale. Fort de cela, André Gakala-Oko entend donc les associer dans sa lutte contre les «Bébés noirs». «Je vous invite à soutenir avec efficacité la lutte que j’entends mener», les a-t-il exhortés. Le procureur de la Répubique estime que l’implication des administrateurs-maires est capitale dans la mesure où ils ont la mission de «sensibiliser et d’expliquer à la population de Brazzaville, le bien-fondé de ses patrouilles judiciaires».
En outre, il a invité les administarteurs-maires  à réfléchir et à bâtir  des stratégies en vue d’éradiquer ce phénomène. «Dans l’intérêt de préserver la paix et la sécurité de nos concitoyens, il nous faut absolument barrer la route et mettre hors d’état de nuire ces bandits, ces criminels et leurs complices», leur a-t-il dit.
Pour cela, le parquetier de Brazzaville a informé les administrateurs-maires d’arrondissements des patrouilles judiciaires mixtes, gendarmerie et police nationale qui vont être déployées sur toute la circonscription judiciaire du Tribunal de grande instance de Brazzaville. «Dès lors, j’attends de vous une participation active dans cette lutte contre les Bébés noirs, par une sensibilisation des chefs de quartiers, de zones et de blocs», a conclu André Gakala-Oko, tout en faisant comprendre qu’il comptait sur leur implication, en vue d’éradiquer ce phénomène criminel qui a déjà nombre de victimes.
Comme pour les mettre devant un fait accompli surtout face à leurs responsabilités, le procureur de la République leur a rappelé que les «Bébés noirs» donnent la mort à des citoyens, occupent les rues et avenues, violent les femmes et pillent les magasins. «De ce fait, ils posent des actes attentatoires à l’ordre public, sèment de la terreur et de la désolation au sein de la population».

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires