Lutte contre le V.i.h-sida : Le Congo a fait un emprunt d’antirétroviraux à la RD Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Qui l’aurait cru? Et pourtant, c’est une réalité. Le Congo manque d’argent pour s’approvisionner en antirétroviraux. Les ruptures sont insupportables. Face à cette situation préoccupante qui cause beaucoup de décès, la ministre de la santé et de la population a, dans le cadre de la coopération entre les deux Congo, sollicité un emprunt de médicaments antirétroviraux à son collègue ministre de la santé publique de la République Démocratique du Congo.

La remise officielle de ces médicaments a eu lieu, vendredi 17 mars 2017, au Ministère de la santé et de la population, à Brazzaville, entre les ministres Ange Aimé Bininga, représentant Mme Jacqueline Lydia Mikolo, et Oloy Ilunga Kalenga, ministre de la santé publique de la R.D Congo, qui a, personnellement, fait le déplacement. C’était en présence de Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo, représentante de l’O.m.s au Congo, et Christophe Muzungu, ambassadeur de la R.d.Congo.

L’approvisionnement en antirétroviraux constitue un véritable casse-tête chinois pour le gouvernement qui ne peut pas dégager les 30 milliards de francs Cfa que cela coûte. La situation est très préoccupante. Mais, que faire? Entre laisser continuer mourir les malades et les sauver, le choix était clair, pour le gouvernement. Le ridicule ne tue pas, a-t-on appris du commun des mortels. Après avoir prêté de l’argent à des pays frères et amis, le Congo devient lui-même emprunteur de médicaments qu’il va devoir rembourser, on ne sait avec quelles modalités. Bref, le Congo continue à s’endetter, même en nature, pour survivre.
«La République Démocratique du Congo nous a permis, aujourd’hui, de combler l’une de nos faiblesses dans notre système d’approvisionnement», a fait savoir le ministre Ange Aimé Bininga, qui pense, par ailleurs, qu’il faudrait tirer les leçons de cette situation, pour faire en sorte que «demain, si, d’aventure, le problème se posait en R.D. Congo, que nous soyons aussi capables de faire le même geste». Pour lui, il ne s’agit, pour le Congo, de s’inscrire sur le registre d’assisté, mais de se saisir de cette «opportunité pour se poser au diapason d’un Etat frère». La symbolique de ce geste est importante pour le Congo, pour la prise en charge des personnes vivant avec le V.i.h-sida qui avaient, jusque-là, le sentiment d’être abandonnées à leur triste sort.
Enfin, il a adressé les remerciements au gouvernement à la RD Congo pour cette marque de solidarité agissante qui, selon lui, témoigne de la bonne santé des relations de fraternité et de coopération entre les deux pays frères.
Personnellement, le ministre Oloy Ilunga Kalenga a tenu à faire le déplacement, pour remettre, officiellement, ces antirétroviraux. «Lorsque nous avons reçu la doléance de mon estime homologue ministre de la santé, c’est sans hésitation que nous avons répondu à son appel, en rapport non seulement à l’esprit de solidarité africaine, mais aussi pour exprimer, concrètement, la qualité et l’intensité des relations fraternelles qui nous unissent, depuis les nombreuses années», a-t-il déclaré. Selon lui, la santé des populations des deux pays constitue une priorité. «Je pense que dans l’avenir, nous devons garder cet esprit de collaboration. Nous allons essayer, toujours ensemble avec nos partenaires, de trouver des solutions et d’apporter des réponses aux différents problèmes. Je pense qu’à l’avenir, on continuera à entretenir des relations aussi fortes», a conclu Oloy Ilunga Kalenga, tout en adressant une invitation à Mme Jacqueline Lydia Mikolo à se rendre en République Démocratique du Congo, afin de développer ces relations de coopération, dans le domaine de la santé.

Cyr Armel
YABBAT-NGO


Informations supplémentaires