Association Géopolitique africaine : Un colloque international à Brazzaville, en hommage à Georges Balandier

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’Association Géopolitique africaine a organisé, du 17 au 18 mars 2017, à Brazzaville, en partenariat avec l’Université Marien Ngouabi et l’I.f.c (Institut français du Congo), un colloque international en hommage à Georges Balandier, l’anthropologue, ethnologue et le sociologue des «Brazzaville noires», décédé à Paris (France), le 5 octobre 2016, à l’âge de 95 ans.

Ouvert par le Premier ministre chef du gouvernement, Clément Mouamba, ce colloque, qui a rassemblé, dans l’amphithéâtre de l’I.f.c, plusieurs personnalités du monde universitaire, enseignants, chercheurs, venus de la France, du Sénégal, du Cameroun et de la RD Congo, et mobilisé de nombreux étudiants, a eu pour objectif d’honorer le sociologue français pour ses recherches, sa production intellectuelle et scientifique sur le continent africain.
Le sociologue français Georges Balandier a eu droit à un hommage mérité à Brazzaville, à l’initiative de l’Association géopolitique africaine, dont l’ancien ministre Henri Ossébi, lui-même sociologue, est le vice-président. Le comité scientifique qu’il a présidé pour l’organisation de ce colloque en hommage à l’éminent Georges Balandier, professeur émérite à la Sorbonne, fondateur du Centre d’études africaines et des Cahiers d’études africaines, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur des Cahiers internationaux de sociologie, est une première dans le pays. Anthropologue, ethnologue Georges Balandier est parmi les premiers sociologues européens à consacrer des recherches sur les mutations des sociétés contemporaines africaines. En 1962, il a ouvert la première chaire de sociologie africaine à la Sorbonne.
La cérémonie d’ouverture était placée sous le patronage du Premier ministre chef du gouvernement, Clément Mouamba, en présence du député-maire de la ville de Brazzaville, Hugues Ngouelondélé qui a prononcé le mot d’accueil, qui a promis de donner le nom de Georges Balandier à une avenue de Brazzaville, de l’ambassadeur de France, Bertrand Cochery dont l’allocution a porté sur la dimension scientifique du sociologue, du président de l’A.i.s.l.f (Association internationale des sociologues de langue française), le Prof Marc-Henri Soulet, et d’Henri Ossébi qui a édifié l’auditoire sur l’intérêt de ce colloque. Pendant deux jours de travaux, quatre thèmes principaux ont été décortiqués, à travers plusieurs sous-thèmes.
Le deuxième thème, qui a analysé le lien entre le sociologue français et notre pays, était intitulé: «Le Congo dans l’œuvre de Georges Balandier», sous la modération du Prof Grégoire Léfouoba, avec des sous-thèmes comme: «Brazzaville de Balandier et Brazzaville actuelle: regards croisés» (Damas Ngouma); «Georges Balandier, précurseur de l’analyse des messianismes congolais» (Joachim Ngoma Théthé); «Georges Balandier et l’histoire pré-coloniale du Congo» (Yvon Norbert Gambeg); «Des négrilles aux peuples autochtones congolais: une relecture de l’Afrique ambiguë» (Abbé Alexis Tobangui).

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires