Coopération Congo - Union européenne : Plus de 8 milliards de francs, pour soutenir le développement des P.m.e au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre de la diversification du tissu économique du Congo, l’Union européenne a financé à hauteur de 12,4 millions d’euros (soit plus de 8 milliards de francs Cfa), la deuxième phase du P.r.c.c.e (Projet de renforcement des capacités commerciales et entrepreneuriales).

Lancée officiellement, mardi 7 mars 2017, lors d’une cérémonie à l’Hôtel Radisson Blu, à Brazzaville, par le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou, ministre de la construction, de l’urbanisme, de la ville et du cadre de vie, représentant le Premier ministre, en présence de Mme Ingrid Olga Ebouka-Babackas, ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, en qualité d’ordonnateur national du Fonds européen de développement, et Mme Saskia De Lang, ambassadeur chef de la délégation de l’Union européenne au Congo, la deuxième phase du P.r.c.c.e vise atteindre six mille bénéficiaires, sur la période 2017-2020, à travers la formation et l’accompagnement de cinq mille P.m.e (Petites et moyennes entreprises), la structuration de 1250 P.m.e, et le renforcement de capacités de 200 bureaux d’études, de cabinets de conseils locaux, d’associations et de créateurs d’entreprises chaque année.

Premier bailleur de fonds du Congo, l’Union européenne confirme, par son soutien au P.r.c.c.e, sa volonté d’appuyer le gouvernement dans la redynamisation du secteur privé et en vue de placer l’entreprenariat et la création d’emplois dans la diversification de l’économie congolaise. «Ce programme est le fruit de plusieurs années de travail avec le gouvernement congolais, pour l’élaboration d’une stratégie cohérente, afin de renforcer l’économie congolaise, créer des emplois durables et promouvoir un développement socio-économique harmonieux au Congo. Il s’inspire des expériences positives et des leçons apprises du P.r.c.c.e 1, mis en œuvre sur l’ensemble du pays sur la période 2010-2015. Cette deuxième phase du projet place les P.m.e au cœur du développement économique. Nous savons, tous, que les P.m.e sont le moteur de la croissance économique, de la création d’emplois et de l’innovation, autant dans les pays développés que dans ceux en voie de développement.  En Union européenne comme au Congo, il faut réduire les obstacles qui empêchent certains groupes de la population, notamment les femmes, les jeunes ou les personnes vivant avec handicap, à exploiter leur potentiel d’entreprendre», a déclaré Mme Saskia De Lang.
Pour sa part, la ministre Ebouka-Babackas a réaffirmé l’attachement du Congo au partenariat avec l’Union européenne. «Pour l’heure, notre coopération avec l’Union européenne se déroule à travers le programme indicatif national couvrant la période allant de 2014 à 2020 qui dégage une enveloppe initiale de 103 millions d’euros soit 67 milliards 500 millions de francs Cfa. Cette ressource mobilisée par le biais du fonds européen de développement a permis et permet à ce jour la réalisation de plusieurs projets en cofinancement avec notre Etat», a-t-elle souligné.
Lançant le projet, le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou a reconnu qu’«il est impérieux de faire émerger un nouveau modèle de croissance fondé de plus en plus sur l’entreprise et l’initiative privée. La diversification et la croissance de l’économie, objectif stratégique de la doctrine de tout économique et du tout social, sont contenues dans les axes du programme du Président de la République, Son Excellence Monsieur Denis Sassou-Nguesso, «La marche vers le développement».
Il faut signaler que la première phase du P.r.c.c.e  permis la formation de plus de mille entrepreneurs et porteurs de projets; la création du Centre de médiation et d’arbitrage du Congo; l’élaboration d’un Plan national du développement du commerce et la diffusion des codes Ohada (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires) et l’adaptation du dispositif juridique national.
Huit milliards de francs Cfa, cela suppose que le P.r.c.c.e va tourner, chaque année, avec deux milliards de francs Cfa, ce qui suppose que les résultats peuvent être palpables sur le terrain, à travers les P.m.e qui auront bénéficié réellement de l’appui de ce projet. Parmi les membres du gouvernement présents à la cérémonie, il y avait Mme Yvonne Adélaïde Mougany, ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel et Euloge Landry Kolélas, ministre du commerce extérieur et de la consommation, ainsi que des responsables de quelques représentations diplomatiques.

Philippe BANZ &
Aristide Ghislain NGOUMA

Informations supplémentaires