Journée internationale de la femme : A Brazzaville, les Congolaises marchent pour la parité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Vingt mille femmes des administrations publiques et privées, des syndicats, des groupements politiques de toutes obédiences, des organisations de la société civile, des confessions religieuses, etc, prennent part, mercredi 8 mars 2017, au Boulevard Général Alferd Raoul, au grand défilé intitulé: «La marche pour la parité», sous le patronage du Premier ministre Clément Mouamba.

C’est ce qu’a annoncé Mme Ines Bertille Nefer Ingani, ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, lors d’un point de presse qu’elle a tenu lundi 6 mars 2017, dans la salle de réunion du Ministère de la justice, à Brazzaville.

La célébration de la journée internationale de la femme, le 8 mars de cette année, a déclaré la ministre de la promotion de la femme, est placée au plan international, sous le thème: «Les femmes dans un monde du travail en plein évolution, planète 50/50 à l’horizon 2030» et au plan national sur le thème: «La place de la femme dans le processus électorale: enjeux et perspectives».
Déclaré mois de la femme, le mois de mars, a-t-elle indiqué, est universellement dédié à la femme, avec comme date référentielle le 8 mars. A cette date, les femmes trouvent une occasion de revisiter leur passé, évaluer leurs acquis et se projeter vers l’avenir, pour un développement durable. Mme Ines Nefer Ingani a rappelé que voici plus d’une decennie que Brazzaville n’a plus abrité la commémoration solennelle des activités du 8 mars, en raison de la célébration tournante de la fête nationale couplée à la municipalisation accélérée des départements dont la parenthèse ouverte à Pointe-Noire, en 2003, s’est refermée l’année dernière à Madingou, chef-lieu de la Bouenza.
«A Brazzaville, la célébration de cette journée est placée sous le haut patronage du Premier ministre. Aussi, à l’occasion de la clôture des activités du mois de la femme, un solennel hommage sera rendu à la première dame du Congo, en reconnaissance de l’œuvre immense qu’elle a réalisée depuis plus de 30 ans, en faveur des femmes du Congo et d’Afrique, notamment dans le domaine de la santé, la drépanocytose, la santé maternelle et infantile, la gratuité de la césarienne, la prise en charge des personnes défavorisées et la paix dans notre pays», a poursuivi Mme Ingani.
Par la suite, elle a rappelé qu’en mars 2016, l’effervescence de la campagne électorale relative à l’élection présidentielle anticipée n’a pas favorisé la célébration de cette journée comme de tradition. Mais, 2017 est à la fois une année de réformes importantes et une année électorale. C’est aussi le premier 8 mars de la nouvelle République à laquelle notre population s’est assignée. Le thème de cette année épouse incontestablement l’approche du Président de la République, de placer le Congo sur les rails de la modernité et de la civilisation universelle, comme le recommandent l’Organisation des Nations unies, dans son agenda 2063, qui place la question de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes au cœur du développement, notamment en Afrique.

Aybienevie
N’KOUKA-KOUDISSA  

Informations supplémentaires