Ministère des zones économiques spéciales : Vers la construction de la Zone économique spéciale de Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Pour assurer les bases de sa politique de diversification économique, le Congo a entrepris, depuis 2009, de construire des Z.e.s (Zones économiques spéciales), pour renforcer son industrialisation. Après sept ans d’un travail lancinant de conception et d’études des six Z.e.s retenues à travers le pays, le Congo entre, maintenant, dans la phase concrète de construction des Z.e.s, dont la première à sortir de terre est celle de Pointe-Noire.

En effet, grâce à la coopération chinoise, le gouvernement, à travers le Ministère des zones économiques spéciales, a créé les conditions de construction de ce site qui accueillera un port minéralier et une usine de potasse.

La crise économique actuelle, qui a fait reculer la croissance du Congo à moins 1% en 2016, après la chute du prix du baril de pétrole, a pour effet de miser sur la diversification de l’économie, pour ne plus dépendre d’un seul produit d’exportation: le pétrole. Les Z.e.s constituent un maillon important de cette politique économique à laquelle le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, est attaché. C’est dans ce contexte que la Z.e.s de Pointe-Noire est la première à être construite. Pas facile pour y arriver, surtout dans la phase de mobilisation de l’espace. L’acquisition du terrain de 30 kilomètres-carrés a obligé, en effet, de passer par la procédure d’expropriation. «Avec le ministre des affaires foncières et du domaine public, Martin Aimé Parfait Coussoud-Mavoungou, nous avons lancé les opérations de délimitation, d’arpentage et de bornage des 30 kilomètres-carrés qui vont constituer le parc industriel de la future Zone économique spéciale de Pointe-Noire, en accord avec l’entreprise China development institute. Dans ce processus, la loi sera respectée», a déclaré le ministre Alain Akouala-Atipault, le 14 février, au sortir d’un entretien avec l’ambassadeur de Chine, Xia Huang. Les personnes expropriées étaient rassurées de toucher leurs droits, en justifiant, simplement, par des documents, qu’ils sont propriétaires des terrains qui se retrouvent au sein de la Zone économique spéciale.
Pour ne pas perdre du temps, le ministre Akouala-Atipault a anticipé déjà sur la formation des cadres congolais devant assurer le fonctionnement de la Z.e.s de Pointe-Noire. C’est un point qu’il a évoqué avec le diplomate chinois. «La mise en place ou le fonctionnement de la Zone économique spéciale de Pointe-Noire repose sur une bonne base des ressources humaines. Dans cet esprit, la Chine est prête à accueillir des agents congolais, pour qu’ils puissent suivre un cycle de formation en théorie et en pratique», a souligné Xia Huang, avant d’ajouter: «Concernant le démarrage de cette formation, nous attendons une réponse des autorités congolaises. Nous serons également en concertation avec les départements ministériels concernés, pour que d’ici à quelques semaines, nous puissions arrêter une liste définitive des agents qui iront en Chine. Quant au nombre d’agents bénéficiaires, il sera connu en tenant compte des besoins du gouvernement congolais».
Du côté du gouvernement, justement, la vision est claire, en ce qui concerne le choix des cadres. «Pour l’heure, il s’agit de réfléchir à la formation des hommes et des femmes qui auront la mission d’assurer l’accompagnement, le fonctionnement de ces zones économiques. Dans notre rôle de position assez transversale, nous ferons intervenir les autres Ministères, dans l’identification du personnel qui ira en Chine pour la formation. Le pilotage des Zones économiques spéciales étant assez diversifié, les profils seront également très diversifiés», a précisé le ministre des zones économiques spéciales.
Signalons que le projet potasse va assurer une production d’engrais de classe mondiale, avec une capacité de de 1,2 million de tonnes de chlorure de potassium par an. Le développement, cette année, de ce projet par la société Magminerals potasses Congo S.a, filiale de «Magminerals potash corp», s’élève à un coût global d’environ 1,364 milliard de dollars. Le port minéralier, qui servira à l’exportation de cette production, est, quant à lui, construit par la société C.r.b.c (China road and bridge corporation).
Les Z.e.s sont des espaces clôturés, aménagés et équipés, à l’intérieur desquels l’Etat pratique une politique économique libérale, basée sur des conditions avantageuses accordées aux entreprises, par des mesures d’incitations fiscales, des procédures douanières simplifiées et des droits de douane réduits, pour attirer les entreprises et faciliter leurs activités. A la clé, les Z.e.s sont des pôles importants de création d’emplois et de production.

Joël NSONI

Informations supplémentaires