Justice : Décès de Marcel Ntsourou, alors qu’il purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

La nouvelle du décès de Marcel Ntsourou, officier des F.a.c (Forces armées congolaises) déchu de son grade de colonel, s’est d’abord répandue par téléphone et dans les réseaux sociaux à Brazzaville le vendredi 17 février 2017, à partir de 12h. A partir de 15h, dans un point de presse organisé au Ministère de la justice, en présence des ministres Pierre Mabiala, Thierry Moungalla, et du directeur général de l’administration pénitentiaire, Blaise Komo, le procureur de la République du Tribunal de grande instance de Brazzaville, André Gakala-Oko, et le directeur de l’Hôpital central des armées Pierre Mobengo, le général Pascal Ibata, ont officiellement annoncé le décès inopiné de Marcel Ntsourou et édifié l’opinion sur les circonstances de ce décès.

 

Dans son communiqué, le général Pascal Ibata, directeur de l’Hôpital central des armées Pierre Mobengo, a indiqué ceci: «Ce jour vendredi 17 février 2017 à 11h20, le service des urgences de l’Hôpital central des armées Pierre Mobengo a reçu de l’infirmerie de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, le nommé Marcel Ntsourou. Après l’avoir examiné en urgence et relevé que le corps ne présente aucune lésion externe apparente, il a été cliniquement constaté le décès du susnommé suite à un arrêt cardio-respiratoire».
Dans une déclaration qu’il a rendu publique, le procureur André Gakala-Oko a indiqué ceci: «J’informe l’opinion nationale que ce jour, vendredi 17 février 2017, les services de santé de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville m’ont rendu compte du décès du nommé Marcel Ntsourou. Détenu à la Maison d’arrêt central de Brazzaville où il purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité, le nommé Marcel Ntsourou avait sollicité et obtenu depuis plus d’une année, la possibilité de cohabiter, dans sa cellule, avec son neveu, le nommé Franck Mbani, condamné au même titre que lui. Ce matin, aux environs de 11h, son neveu Franck Mbani a alerté le directeur de la Maison d’arrêt central de Brazzaville, de ce que son oncle et codétenu, Marcel Ntsourou, venait de faire un malaise. Arrivés sur les lieux, le directeur et le médecin de la Maison d’arrêt ont été informés par le nommé Franck Mbani du fait que tous les deux ont passé une nuit paisible et ont connu un réveil normal. C’est ainsi que, constatant la gravité dudit malaise, ils l’ont conduit d’urgence, en compagnie du nommé Franck Mbani, à l’Hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville où il a été cliniquement constaté son décès. Fort de ce qui précède, j’ai ordonné à la police judiciaire d’ouvrir une enquête et de procéder immédiatement à l’audition de Monsieur Franck Mbani, neveu et codétenu de Marcel Ntsourou, pour élucider les circonstances de la survenance inopinée du malaise de celui-ci. Le parquet de Brazzaville tiendra informé l’opinion nationale de l’évolution de cette enquête».
Signalons que son corps a été déposé à la morgue municipale de Brazzaville, sous escorte de la police, avec l’accompagnement de ses proches. Sa veillée mortuaire se tient à son domicile du Plateau des 15 ans. En dehors de quelques mouvements de personnes qui, craignant des troubles à l’ordre public après les rumeurs qui ont précédé l’annonce officielle de ce décès, certaines personnes avaient pris soin de quitter leurs lieux de services et même certaines écoles ont laissé partir leurs élèves. Mais, dans l’ensemble, la capitale est demeurée calme, les gens vacant tranquillement à leurs occupations quotidiennes.

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires