Commune de Brazzaville : Pour les logements de Mpila, le Premier ministre donne la priorité aux sinistrés du 4 mars

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, a effectué, en compagnie de quelques membres du gouvernement, une visite du programme immobilier réalisé au quartier Mpila, du nouveau Lycée de la Révolution et des chantiers du Musée de l’histoire africaine et du Centre d’affaires. Toutes ces constructions sont réalisées sur le terrain de l’ancien Régiment blindé et des structures voisines, détruits par les explosions du 4 mars 2012.

Aujourd’hui, selon le Premier ministre, c’est une nouvelle ville qui est sortie de terre, dont les logements sociaux pour lesquels il a promis instaurer des coûts abordables, «s’adaptant au budget des uns et des autres, de manière très équitable», en donnant la priorité aux sinistrés du 4 mars, qui commémore, cette année, les cinq ans du triste événement qui les a frappés.
Le Premier ministre Clément Mouamba a fait la ronde des différents sites abritant les immeubles des logements sociaux, le nouveau Lycée de la Révolution ainsi que les chantiers du Musée de l’histoire africaine et du Centre d’affaires dont les travaux sont en cours. En ce qui concerne le programme de logements, plus de mille appartements seront disponibles sur ce site. Pour l’instant, 500 appartements destinés à la vente sont déjà prêts. 466 autres appartements en construction non loin de la nouvelle mairie de Talangaï, sont sur le point d’être achevés. Selon le Premier ministre, le gouvernement entend d’abord reloger quelques familles sinistrées du drame du 4 mars 2012 dont les maisons ne sont pas encore reconstruites.
A l’issue de sa visite, Clément Mouamba s’est dit satisfait du travail réalisé, mais il s’est dit aussi préoccupé par ce qui reste à faire. «Nous avons pu, là, réaliser un patrimoine important, impressionnant et diversifié. Il n’est pas encore fini. Il s’adresse à plusieurs catégories d’utilisateurs. Je suis satisfait mais également préoccupé. Satisfait parce que nous venons de bâtir une nouvelle ville, ce n’est qu’un début. En plus, nous allons loger près de 4000 familles ici, et reloger, à la rentrée prochaine, 10.000 élèves avec leurs enseignants, avec tous les services qui les accompagnent au Lycée de la Révolution. C’est une grande responsabilité, parce qu’il faut assurer le déplacement de toutes ces familles dans les meilleurs délais», a-t-il confié.
De même, il a promis que les sinistrés du 4 mars seront tous relogés: «Dans les tout prochains jours, nous allons devoir recevoir les syndicats concernés par le relogement de certains d’entre eux, pour qu’on voit dans quelle mesure ce patrimoine peut-être mis à la disposition des premiers concernés», a-t-il dit.
Sur les coûts élevés de ses logements, le Premier ministre a affirmé qu’ils seront revus. «Les rapports qui me sont faits montrent que les coûts sont relativement élevés. Le gouvernement étudiera les modalités comprises en fonction des budgets des uns et des autres, mais de manière équitable. Nous allons donner des moyens à la Banque congolaise de l’habitat, pour donner des crédits, afin d’accéder aux logements. Le gouvernement sera obligé d’étudier les coûts qui s’adaptent au budget des uns et des autres, mais de manière très équitable. C’est un sujet qui le préoccupe», a-t-il déclaré.
Au nombre des chantiers visités par le Premier ministre, il y a aussi le gigantesque Musée de l’histoire africaine qui contiendra différentes salles, et le Centre d’affaires moderne. Il a aussi visité le très moderne Lycée de la Révolution, d’une capacité de dix mille places et qui compte un collège en son sein. Ce nouveau lycée, qui remplace l’ancien détruit par les explosions du 4 mars, recevra ses premiers élèves à la rentrée scolaire prochaine. Il y a deux ans que les travaux de construction de ce nouveau lycée étaient achevés, mais il restait son équipement.
Durant sa visite, le Premier ministre Clément Mouamba était accompagné du ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou, des ministres Jean-Jacques Bouya, Anatole Collinet Makosso, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, du ministre délégué Charles Nganfouomo et de l’administrateur-maire de Talangaï, Privat Frédéric Ndéké.
 
Alain-Patrick
MASSAMBA    


Informations supplémentaires