F.a.c (Forces armées congolaises) : Environ trois-cents militaires font leurs adieux aux armes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Environ trois-cents militaires des F.a.c (Forces armées congolaises), provenant de différents services, ont fait valoir leurs droits à la retraite. Pour marquer la fin de leur carrière en beauté, couronnée par plusieurs années passées au service de la Nation, une cérémonie solennelle a été organisée en leur honneur, samedi 4 février 2017, au Grand quartier général des F.a.c, à Brazzaville, sous les auspices du général de division Guy-Blanchard Okoï, chef d’Etat-major général des F.a.c. Celui-ci les a exhortés à ne pas profiter de leur statut d’anciens militaires, «pour embarquer les gens dans les théories fumeuses et les entraîner dans les débats inutiles, mais d’aider plutôt les gens à comprendre que la violence, même la plus petite, ne mène nulle part».

 

Durant cette cérémonie, le militaire ou le gendarme qui quitte le service actif fait ses adieux aux frères d’armes dans le contexte d’un rassemblement régimentaire ou de l’unité à laquelle il appartenait. A l’issue de la cérémonie, il est à la disposition de sa famille. Lorsqu’il s’agit d’un chef de corps ou d’une autorité militaire qui a occupé les fonctions de commandement, il lui est donné l’opportunité de commander pour la dernière fois son unité.
Et par la même occasion, le militaire ou le gendarme retraité restitue les attributs professionnels l’ayant accompagné durant sa carrière à l’autorité sous les auspices de laquelle se déroule la cérémonie. En retour, l’autorité qui préside la cérémonie lui remet un témoignage de satisfaction, au cas où il aura servi loyalement la Nation sous le drapeau.
Dans son mot d’usage, le général Okoï a félicité et remercié le personnel militaire admis à la retraite, pour tout le travail accompli dans les F.a.c et pour la Nation. «Pour vous, les F.a.c vous gardent une place toujours, pour que, là où vous serez, vous sachez que notre porte vous est ouverte, pour que vous nous conseilliez et nous donniez ce que vous avez encore à nous donner», a-t-il déclaré.
Dans les villes et les quartiers où vous irez, a-t-il conseillé, «sachez que devenus civils, vous serez des civils différents, parce que nos populations verront toujours en vous le militaire. Soyez un recours pour la population, pour l’aider au quotidien. Un militaire, c’est un homme de service. Soyez à la hauteur des attentes des populations des quartiers. Partout où vous serez, ayez toujours cette attitude de réserve qui doit caractériser l’ancien militaire».
Parlant au nom de ses frères d’armes retraités, le capitaine de vaisseau (colonel), Marcel Yenguessa a fait part de leur reconnaissance à l’endroit des F.a.c. Il a demandé à ses frères d’armes encore en fonction d’être fiers de leur métier de militaire, car il n’y a pas meilleur job que de défendre sa patrie, parfois jusqu’au sacrifice suprême. Puis, il a rappelé les grands moments de leur carrière, «le métier des armes est un métier d’honneur, c’est un sacerdoce, on n’y vient par vocation», a-t-il affirmé, en appuyant ses propos par des versets bibliques.
Autres temps forts de l’événement: la levée des couleurs, le défilé militaire dont le commandant des troupes a été le colonel à la retraite Evariste Achille Itoua, ancien commandant de l’Ecole des sous-officiers de Gamboma, et le repas copieux servi par la hiérarchie au personnel retraité.

Alain-Patrick
MASSAMBA  

Informations supplémentaires