Initiative du vivre ensemble : Clément Mouamba et Hugues Ngouelondélé préparent l’acte 2

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre de la consolidation de l’initiative du vivre ensemble, le Premier ministre chef du gouvernement, Clément Mouamba, a reçu en audience, mercredi 7 décembre 2016, à son cabinet de travail, à Brazzaville, quelques membres du corps diplomatique accrédité au Congo, avec qui il a eu une séance de travail. C’était en présence de Mme Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et des loisirs, de Rigobert Maboundou, directeur de cabinet du Premier ministre, du maire de Brazzaville, Hugues Ngouelondélé, un des initiateurs de ladite plateforme, Cyprien Sylvestre Mamina, secrétaire général du Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger.

 

Ils étaient, au total, six diplomates conviés à cette séance de travail, notamment les ambassadeurs Marie-Charlotte Fayanga (République Centrafricaine), doyenne du corps diplomatique, Saskia de Lang (Union européenne), Bertrand Cochery (France), Andrea Mazzela (Italie), Mary Dashbach, chargée d’affaires par intérim de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, représentant Mme Stéphanie Sullivan, Mohamed Abchir, représentant adjoint du Pnud au Congo (Programme des nations unies pour le développement). La séance de travail du Premier ministre avec des membres du corps diplomatique fait suite au lancement de l’initiative du vivre ensemble il y a quatre mois, à l’Hôtel Radisson Blu, à Brazzaville. A l’issue de cette séance de travail qui a duré environ deux heures, l’ambassadeur de France et le maire de Brazzaville ont tour à tour fait savoir à la presse quelques-uns des temps forts de la rencontre avec le premier ministre.
 
* Bertrand Cochery: «J’ai toujours dit que cette initiative du vivre ensemble, depuis la première initiative qui avait été lancée au mois d’août, était une initiative qui méritait d’être soutenue. Tout ce qui peut aller dans le sens du dialogue, tout ce qui peut aller dans le sens de la réflexion, du bien penser, du bien dire pour le bien faire de ce pays est quelque chose d’essentiel. Cela fait un certain temps que nous ne nous étions pas revus avec Monsieur le maire, avec Monsieur le Premier ministre qui sont les deux porteurs principaux de cette initiative. Donc, il était important qu’on refasse le point, pour voir comment nous allons avancer, quelle suite concrète nous pouvons donner et quel rôle de facilitation les diplomates, qui sont des amis du Congo, qui sont amis de tous les Congolais, de toutes les Congolaises, peuvent jouer dans cette partition. Nous allons continuer à travailler ensemble, pour le vivre ensemble avec notamment Monsieur le maire de Brazzaville».

* Hugues Ngouelondélé: «Vous savez que nous avons, depuis le 7 août 2016, organisé, au Radisson Blu, une rencontre qu’on avait appelée le «cocktail du vivre ensemble». C’est l’acte premier. Le temps a passé, nous avons travaillé dans les coulisses; nous avons rencontré le corps diplomatique que je considère aujourd’hui être comme des facilitateurs dans ce que nous sommes en train de faire avec le Premier ministre, sous le regard avisé du Chef de l’Etat bien sûr. Pourquoi je dis facilitateurs, parce que lorsque nous avons fait l’acte un du vivre ensemble, il y a des frères qui ne sont pas venus, puisque quelque part il y avait comme un doute: que cache le vivre ensemble? En réalité, le vivre ensemble ne cache rien; le vivre ensemble est une plateforme qui est ouverte à tout le monde, à la société civile, pas qu’aux hommes politiques. Les Congolais doivent réapprendre à vivre ensemble et à se parler comme hier. Voilà pourquoi nous sommes en train de travailler tous les jours sans repos, avec le Premier ministre et les autres, pour arriver aux résultats escomptés. Bien sûr, il y aura un acte 2 que nous sommes en train de préparer et, une fois que nous serons prêts, nous allons dévoiler les contours de l’acte 2».

Aristide G. NGOUMA

Informations supplémentaires