Gestion du domaine public dans le département de Pointe-Noire : Martin Parfait A. Coussoud Mavoungou remet de l’ordre

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La salle de conférence de la Chambre de commerce de Pointe-Noire a abrité mardi 22 novembre 2016, la réunion de travail du ministre des affaires foncières et du domaine public, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou avec les autorités préfectorales, municipales, les responsables des administrations publiques, de la force de l’ordre et les propriétaires fonciers, à propos de la déclaration d’utilité publique prise depuis 2009, relative à la zone de terre de plus de neuf mille hectares, allant de la Coraf (Congolaise de raffinage) jusqu’à la rivière dite Rouge, située dans le cinquième arrondissement Mongo Pouku.

 

Visiblement fâché, le ministre, dans un franc-parler et sans détour, a dit: «Dans le cadre de la mise en place de la zone économique spéciale de Pointe-Noire, le gouvernement de la république a pris un certain nombre de dispositions dont la déclaration d’utilité publique. Seulement, si certains observent ces dispositions règlementaires, d’autres par contre font semblant de les ignorer et font obstruction au développement de la zone économique spéciale. Depuis 2009, quand a été faite la déclaration d’utilité publique concernant la zone économique spéciale, aucune action, aucune opération ne peut se faire dans la zone sans l’avis du gouvernement. Or, malheureusement, depuis cette date, beaucoup de choses se sont faites. Tout titre foncier octroyé à tout individu après cette date est considéré comme nul et de nul effet.» Il a martelé en outre «qu’à compter de ce jour, je fais mouvoir la force publique, pour détruire et ceux qui se sont permis de vendre ou d’acheter après cette déclaration n’auront que leurs yeux, pour pleurer.»
A cette rencontre, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou a indexé singulièrement M. Yoba et la famille Tchimboussi qui continuent à vendre les terres, en brandissant un faux titre foncier à leurs clients, ce, malgré les multiples interpellations et mises en garde du gouvernement. Le ministre a lancé un dernier ultimatum à l’endroit de ces citoyens qu’il a qualifié de véreux, de trouble de jouissance. Toutefois, il a rassuré que «seuls les propriétaires fonciers ayant fait constater leurs droits coutumiers fonciers avant 2009, bénéficieront des droits d’expropriation». Il a clôturé cette réunion, en annonçant l’organisation, sous peu, d’une enquête parcellaire complémentaire dans ladite zone.

Equateur Denis NGUIMBI

Informations supplémentaires