Sécurité publique : Bientôt une opération de police «Uppercut plus», pour la sécurisation des fêtes de fin d’année

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Une opération de police, dénommée «Uppercut plus», sera lancée, bientôt, au cours du mois de décembre 2016, par la Direction générale de la police, pour sécuriser les personnes et les biens, durant la période des fêtes de fin d’année. C’est ce qui ressort du point de presse qu’a donné le colonel Jules Monkala-Tchoumou, directeur de la sécurité publique et porte-parole de la police, jeudi 30 novembre 2016, à l’Hôtel Olympic palace, à Brazzaville. Ce point de presse s’est aussi focalisé sur l’insécurité qui prévaut dans le Pool.


Selon le colonel de police Jules Monkala-Tchoumou, les périodes de fête sont, souvent, dominées par la recrudescence de l’insécurité dans le pays et dans les grandes villes. C’est pourquoi la Direction générale de la police a décidé de lancer, comme les années dernières, une opération de sécurité publique renforcée, appelée «Uppercut plus», qui comprendra différentes étapes et regroupera les policiers et les gendarmes, avec l’appui des militaires. «Cette année, nous allons organiser une opération un peu différente, dans la mesure où nous allons ajouter certaines capacités additionnelles, pour faire face à la technicité de l’heure. L’opération va prendre en ligne de compte certains principes généraux: l’implication de l’ensemble des acteurs locaux à cette opération, dans la vigilance et l’information qu’il faudra donner à la police, afin de déceler et prévenir toutes les menaces; la mise en place des dispositifs assez robustes, c’est aussi ça la particularité; la présence constante et visible des agents sur la voie publique, afin de mener les actions de prévention; la réalisation d’opérations de stérilisation des villes et, ensuite, la mise en œuvre des dispositifs proprement dits, pour sécuriser les fêtes», a-t-il déclaré.
Pendant cette  période, a-t-il expliqué, il y aura aussi une opération Uppercut qui va lutter contre la délinquance de voie publique, contre tout ce qui est comportement déviant sur la voie publique, notamment le non-respect du code de la route, la conduite en état d’ébriété, etc. «Nous allons organiser une autre opération qui va s’attaquer, essentiellement, aux nuisances sonores à différents niveaux; nous allons lutter contre tout ce qui nuit à la santé provenant des bruits. Il y aura également un autre Uppercut qui va s’attaquer à l’immigration clandestine et l’insécurité, aux points de vente et de consommation de boissons frelatées, etc. Toutes les composantes de la Force publique ont l’obligation d’assainir les quartiers, pour que l’insécurité issue de l’immigration clandestine soit combattue et éradiquée, si cela est possible», a-t-il poursuivi.
A propos de l’insécurité qui prévaut, actuellement, dans le Pool, le colonel Monkala-Tchoumou a affirmé que les forces de l’ordre poursuivent leur opération dans ce département, jusqu’au rétablissement total de la sécurité. «La situation dans le Pool s’améliore, les ninjas-nsiloulous sont repartis dans ce département. Les objectifs de Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, sont clairs: il s’agissait d’arrêter le fonctionnement du département du Pool, et partant, du Congo. Cet objectif n’est pas atteint, tout simplement, parce qu’aujourd’hui, quand vous allez dans ce département, le préfet, les sous-préfets sont en place, les écoles et l’administration fonctionnent. Donc, il n’y a pas rupture de l’autorité de l’Etat dans le Pool et ceci, grâce à la présence de la Force publique», a-t-il dit, à ce propos.
Outre cela, le colonel Monkala-Tchoumou a fait remarquer qu’il existe beaucoup de villages qui ne sont plus habités dans le Pool et ceux-ci sont connus. «Cela est dû au fait que les ninjas-nsiloulous passent de village en village et demandent aux populations de quitter, en disant: «Libérez, nous allons attaquer la Force publique». «Nous sommes devant une situation où il y a des groupes disséminés dans certaines parties du Pool qui sont en train de causer du tort aux populations qui s’y trouvent», a-t-il précisé.
Pour conclure, le porte-parole de la police a assuré que la situation sécuritaire dans le Pool est sous contrôle. Mais, a-t-il reconnu, il y a des efforts à faire, pour que les populations soient davantage protégées. «Vous savez aussi que la meilleure sécurité, c’est aussi celle que les populations doivent assurer. Pour la Force publique, les instructions sont claires, la détermination est sans faille. Il s’agit de ramener la paix, la sécurité dans le Pool et protéger les personnes et les biens», a-t-il martelé. Il a vigoureusement démenti l’existence d’une prétendue opération dénommée: «défaut de face». «Il n’en est rien de tout cela», a-t-il rassuré.

Alain-Patrick
MASSAMBA

Informations supplémentaires