16e sommet de l’O.i.f (Organisation internationale de la Francophonie) à Madagascar : Jean-Claude Gakosso a défendu la création du Fonds bleu pour le bassin du Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le 16ème sommet de l’O.i.f (Organisation internationale de la Francophonie) s’est tenu, du 26 au 27 novembre 2016, au Centre de conférence d’Ivato, à Antanarivo, la capitale malgache, avec une trentaine de Chefs d’Etat et de gouvernement et près de 2500 délégués, pour un totale de 6500 participants à divers niveau. A ce sommet qui s’est tenue sous le thème: «Croissance partagée et développement responsable, condition de la stabilité du monde et de l’espace francophone», le Congo était représenté par le ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, accompagné de Mme Chantal Maryse Itoua-Apoyolo (Ambassadeur), de Mme Pulchérie Batchi (Directeur Francophonie, représentante nationale) et André Ludovic Ngouaka-Tsoumou, conseiller culturel à la Francophonie.

 

A la tribune du 16ème sommet de l’O.i.f, le ministre Jean-Claude Gakosso a axé son discours sur les dernières propositions du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, exprimées à Marrakech, lors de la Cop22, notamment la création d’un Fonds bleu pour le bassin du Congo «dont l’objectif est de renforcer le développement économique durable de cet espace géographique qui contribue de manière significative au maintien des équilibres géo-écologiques de la planète». Autant dire que le changement climatique abordé à la Cop21 à Paris, à la Cop 22 à Marrakech au Maroc, la stratégie de développement à l’orée 2030 adopté par l’Onu, la lutte contre le terrorisme et la radicalisation sont autant de préoccupations des Etats membres de l’O.i.f.
Au cours de ce sommet, on a noté aussi les interventions du Président malgache, Hery Raja, du Président sénégalais, Macky Sall, président sortant de la Francophonie, du Président français François Hollande, de Justin Trudo, ministre canadien qui a exhorté la famille francophone à promouvoir et à protéger les personnes vulnérables et la jeunesse.
Le sommet de l’O.i.f à Madagascar est intervenu au moment où l’Afrique fait face à une crise économique sans précédent, selon le Président tchadien Idriss Deby, président en exercice de l’Union africaine, précisant qu’il s’attelle à trouver des solutions pour les problèmes évoqués.
Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l’O.i.f, a mis l’accent sur la croissance partagée et le développement inclusif, pour réduire les inégalités et promouvoir un développement humain et économique équitable, cheval de bataille de la Francophonie. C’est dans ce contexte qu’a été adoptée, à Dakar, au Sénégal, une feuille de route que tous les signataires s’emploient à mettre en œuvre, pour asseoir la stratégie économique de la Francophonie.
Au deuxième jour du sommet, les participants ont adopté la déclaration de Madagascar qui prend en compte les défis mondiaux évoqués plus haut. A l’issue de ce sommet, le Sénégalais Macky Sall a cédé le témoin au Président malgache, Hery Raja, qui est devenu président en exercice de l’O.i.f pour les deux prochaines années. Signalons qu’en marge du sommet de la Francophonie, le ministre Jean-Claude Gakosso a signé un mémorandum d’entente avec son homologue de l’Arménie. Ce mémorandum d’entente jette les bases d’une coopération efficace entre leurs deux pays.

Cyr KOUTEKISSA
Envoyé spécial à Madagascar

Informations supplémentaires