45e assises de l’U.p.f à Antsirabe (Madagascar) : «Les médias dans les pays en développement: les raisons des succès; les leçons des échecs»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’U.p.f (Union internationale de la presse francophone) a tenu ses 45es assises, du 20 au 24 novembre 2016, dans la ville touristique d’Antsirabé (Madagascar), sur le thème: «Les médias dans les pays en développement: les raisons des succès. Les leçons des échecs». L’ouverture de ces assises s’est déroulée sous le haut patronage du Président de la République Malgache, Hery Rajaonarimampianina, en présence du ministre guinéen de la communication, Rachid Ndiaye, et de Jean-Claude de L’Estrac, ancien candidat au poste de secrétaire général de l’O.i.f, à Dakar.



Dans son allocution, le président de l’U.p.f, Madiambal Diagne, a loué la tenue des assises de l’U.p.f à Antsirabe, malgré les difficultés rencontrées pour les organiser. Il a remercié largement le Roi du Maroc qui a contribué à la réussite den cette rencontre des acteurs des médias. «Nous vivons aujourd’hui dans un monde à la fois ouvert et en mutation rapide grâce en particulier aux technologies avancées de la Communication, de plus en plus accessibles, de la nouvelle connectivité qu’elles créent. De nouveaux enjeux d’ordre économique, politique et culturel se font jour mais il est une constante des médias : les liens sociaux de diverses sortes qu’ils tissent ou défont à partir des informations et des idées qu’ils diffusent. C’est en cela que réside la puissance mais aussi la grande responsabilité des médias, des hommes et des femmes qui ont choisi d’y travailler», a dit pour sa part le Président malgache en ouvrant les assises de la presse francophone.
Les assises d’Antsirabé ont réuni près de trois cents journalistes venus de 47 pays francophones, responsables et éditeurs de presse écrite et audiovisuelle. Après Dakar, Lomé et Monaco, l’U.p.f a organisé ses assises cette année à Antsirabé, avec l’appui de la section malgache que préside Mme Noro Razafimandimby, avec la participation de l’ensemble de la presse malgache.
Les journalistes francophones ont travaillé dans différents ateliers dont les sous-thèmes entre autres étaient: «Quelle autonomie pour les médias dans une situation de précarité économique?»; «Félaka, Gombo, perdiem... Quelle proposition pour y mettre fin», atelier dirigé par Lova Randriantavy maître de conférence à Madagascar; «Mutations technologiques: un atout ou un handicap?», sous la conduite de Yves Rode, directeur adjoint de R.f.i. Des tables-rondes sur différents thèmes dont le plus important: «investissement privés et indépendances des médias», présidée par Philippe Leruth, président de la F.i.j (Fédération internationale des journalistes) (Belgique) ont été également organisées.
Notons que le siège de l’U.p.f est à Paris (France) et a pour secrétaire générale Jean Kouchner. Sa mission à l’exclusion de toutes les activités politiques ou confessionnelles est de resserrer, sur le plan international, les liens entre éditeurs responsables de médias et journalistes, de développer les relations entre les publications et les stations radiodiffusion, de télévision et de favoriser toutes les formes de coopération et surtout de veiller à la sauvegarde de la langue française. Néanmoins un seul bémol, l’absence de Mme Michaelle Jean, la secrétaire générale de la Francophonie. Rendez-vous a été pris pour l’année prochaine en République de Guinée.

Cyr Marc KOUTEKISSA
Envoyé spécial à Madagascar

Informations supplémentaires