Après le braquage du camion de Jean-Paul Matsima vers Bangou : «Le bourreau du Pool, c’est Ntumi!», dixit le colonel Monkala-Tchoumou

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le 15 novembre 2016, un camion appartenant à l’homme d’affaires Jean-Paul Matsima et transportant des voyageurs et des marchandises se rendait à Kindamba, après avoir quitté Brazzaville par la route lourde. Arrivé sur la route en latérite Mindouli-Kindamba, à hauteur de l’entrée de la forêt de Bangou, ce camion a été braqué par des bandits armés, identifiés comme les miliciens ninjas-nsiloulous du pasteur Ntumi. La direction générale de la police a effectué une mission au lieu même du braquage, le vendredi 25 novembre.

Conduite par le colonel de police Jules Monkala-Tchoumou, directeur de la sécurité publique et porte-parole de la police, cette mission était accompagnée de quelques journalistes et de deux agents de l’entreprise de M. Jean-Paul Matsima, notamment Aymard Yidika, le contrôleur principal qui a vécu le triste événement, et Simon Nzalabantou. L’hélicoptère qui les transportait a atterri au village Louwolo et c’est à bord de trois véhicules de la Force publique que les membres de cette mission bien sécurisée ont été conduits au lieu du braquage où se trouve encore l’épave incendié du camion de M. Matsima.
Sur le lieu du braquage, Aymard Yidika a expliqué à la presse le déroulement du braquage. Il a parlé des «bandits armés», et après avoir hésité, il a reconnu que c’était des ninjas qui étaient au nombre de 17, tous armés, certains de Kalachnikov, d’autres de fusils de chasse. Ils ont obligé le camion à s’arrêter, en pointant leurs armes. Après l’avoir giflé, lui, le contrôleur principal, sous des menaces, ils se sont mis à intimider les passagers et à leur ravir leurs biens: argent (des sommes allant de 60 mille francs Cfa à 1.400.000 F. Cfa), les téléphones portables et d’autres objets précieux. Ils ont également pillé le camion, notamment le poisson salé qui s’y trouvait en grande quantité. Ils ont violé cinq femmes (dont une adolescente de 15 ans), pendant que d’autres tenaient les passagers en position couchée, sous la menace de leurs armes. Le braquage s’est passé de 11h à 20h30. Les passagers ont dû passer la nuit dans le village voisin où ils étaient conduits par leurs agresseurs. Grâce à un passager qui avait réussi à cacher son téléphone portable dans un sac de marchandises, ils ont pu alerter Brazzaville. Détail: des femmes du village qui passaient par là pour aller au champ ont été interceptées et violées par ces bandits armés.
Réagissant devant la presse, le colonel de police Jules Monkala-Tchoumu a expliqué ce qui suit: «Il s’est passé ici des actes innommables, perpétrés par les ninjas-nsiloulous de Bintsamou Frédéric, alias pasteur Ntumi, qui en est le donneur d’ordre. Ces actes ont été commis dans une zone qui, jusqu’à présent, était paisible, où les populations vaquaient librement à leurs occupations. Sur ces lieux ont été commis des viols, des vols et l’incendie de ce véhicule que nous voyons ici derrière nous, des exactions sur les populations. Conséquence: les populations des villages environnants ont fui et trouvé refuge à Mindouli, sous la protection de la Force publique».
Le colonel Monkala-Tchoumou a saisi cette opportunité pour tordre le cou à la désinformation: «Nous disons à la population du Pool: il ne faut pas qu’elle cède à la désinformation. Il s’agit bel et bien des actes de grand banditisme perpétrés par les ninjas-nsiloulous. Aujourd’hui, le bourreau du Pool est bien connu. Il ne faut pas que les populations se trompent: le bourreau du Pool, c’est Frédéric Bintsamou, alias Ntumi. Il est clair qu’il doit y avoir la présence de la Force publique dans le Pool. Il ne peut en être autrement. Le Pool est un département du Congo et dans tous les départements du Congo, il y a bien des policiers, des gendarmes, des militaires et le Pool ne devrait pas faire exception à cela. La Force publique garantit la paix, la sécurité et nous n’en voulons pour preuve que le nombre très élevé des populations qui, fuyant les exactions de ces bandits armés, se retrouvent dans leurs localités où il y a une forte présence de la Force publique. Quand vous allez à Kinkala, c’est plein de monde. Dans toutes les localités du Pool où la présence de la Force publique est signalée, c’est à ces endroits que la population va trouver refuge, tout simplement, parce que menacées par les ninjas-nsiloulous qui veulent mettre le département du Pool à feu et à sang et asphyxier le département du Pool».

J.M.

Informations supplémentaires