Cellule de veille du C.c.a.s : Les élus sensibilisés sur la situation qui prévaut dans le Pool

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les membres de la coordination de la Cellule d’éveil du C.c.a.s (Comité consultatif d’appui et de suivi de la municipalisation accélérée du Pool), étaient face aux élus (députés, sénateurs et conseillers départementaux) du Pool samedi 19 novembre 2016, à l’Hôtel de la préfecture de Brazzaville, sous la direction du coordonnateur de cette cellule, Isidore Mvouba, entouré des membres de la coordination, dont le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou. Appelée «croisade contre la désinformation», cette rencontre a permis à la Cellule de veille d’informer les élus du Pool sur la situation d’insécurité qui prévaut dans le Pool, en tordant le cou aux rumeurs de toutes sortes qui circulent parmi les populations.

 

Dans une salle archicomble, les élus du département ont répondu favorablement à l’invitation de la coordination de la Cellule de veille du C.c.a.s. Au présidium, on notait la présence de plusieurs personnalités, notamment Lounana Kouta, Vincent Nganga, le général Nkonta Mokono, Dominique Basseyla, Claude Alphonse N’Silou, Yvonne Adelaïde Moungany, Bernard Tchibambelela, Hellot Matson Mampouya, Jean-Pierre Manoukou-Kouba et bien d’autres.
Dans son mot d’ouverture, Isidore Mvouba, a planté le décor. «II y a beaucoup de désinformation, de fausses rumeurs, de folles rumeurs qui circulent. Nous avons entamé cette conférence appelée «croisade contre la désinformation». Ce qui se passe dans le Pool est connu de tous: Frédéric Bintsamou depuis une dizaine d’années prend le Pool en otage, Frédéric Bintsamou a été pris la main dans le sac, il veut renverser les institutions de la République par un coup d’Etat et il est en fuite dans les forêts du Pool où il tue, viole et incendie les véhicules», a-t-il dit. Pour cela, il a demandé de sensibiliser les populations et leur donner la vraie information.
Plusieurs élus ont exprimé leurs préoccupations. Nombreux sont ceux qui ont salué l’initiative prise par la Cellule d’éveil, en organisant cette rencontre qui, selon eux, marque le début d’une collaboration sincère et franche, permettant ainsi de lutter contre la désinformation sur les événements qui se déroulent dans leur département. Tous ou presque ont apporté leurs contributions, allant dans le sens de créer une synergie, pour arriver à l’atteinte des objectifs fixés, à savoir le rétablissement de la sécurité et de la paix dans le Pool.
Il faut dire que la rencontre s’est déroulée en présence la presse. Ainsi, les journalistes ont eu la possibilité de suivre les préoccupations soulevées par les uns et les autres. Certains élus se sont préoccupés du comportement des agents de la Force publique qui ne ménagent pas les populations. Ils se sont inquiétés de «l’opération défaut de face» qu’aurait lancée la police et qui se traduit par l’arrestation des jeunes présentant une coiffure ou un accoutrement jugés suspects. Plusieurs jeunes auraient été déjà arrêtés dans le cadre de cette opération. Le commissaire de Nganga-Lingolo a été même cité comme étant celui qui excelle dans cette opération. Les élus qui ont soulevé cette préoccupation s’inquiètent de ce que plusieurs jeunes se retrouvent en détention, alors qu’ils n’ont rien à voir avec le mouvement de Ntumi. Les populations qui fuient l’insécurité dans le Pool sont la cible de cette opération dans la capitale.
Un conseiller départemental de Brazzaville a créé la sensation, en parlant de «terrorisme d’Etat», ce qui se passe dans le Pool où selon lui, ce sont les mercenaires recrutés par le pouvoir qui ont incendié les villages, provoquant ainsi la réaction des jeunes qui ont pris les armes. Pour lui, Ntumi est le produit du Président Sassou-Nguesso. Cette intervention, qui a démontré que le débat reste libre, a suscité de vives réactions de la part d’autres élus qui n’ont pas partagé ce point de vue, considérant même les faits avancés comme des mensonges. Toujours est-il que cette intervention a traduit au grand jour, les idées qu’on fait circuler au sein des populations: la situation du Pool serait un jeu entre le Président Sassou et Ntumi.
Il s’agit là d’une désinformation contre laquelle il faut lutter pour rétablir la vérité. Le Pool souffre à cause de Ntumi qui a armé les jeunes. Un exemple a été même donné que c’est depuis 2002 que Ntumi chercherait à renverser, par les armes, les institutions établies.
D’autres intervenants ont soulevé la stigmatisation dont les ressortissants du Pool sont victimes: «Il y a une amalgame. Tous les ressortissants du Pool sont maintenant assimilés aux ninjas-nsiloulous»; «il y a aussi la question incessante: pourquoi toujours le Pool?».
A ce propos, le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou a donné ce qu’il a qualifié de «réponse scientifique», en parlant du centre et de la périphérie, comme cela se passe partout dans le monde. La ville capitale est dans le Pool, si le centre est structuré, suivant les conditions d’urbanisme, les quartiers périphériques sont généralement dans le dénuement. Or, ces quartiers périphériques, où naît souvent la contestation, sont voisins du Pool. Ils sont peuplés en majorité, des ressortissants du Pool. Du coup, ceux-ci se retrouvent dans la plupart des événements politiques qui secouent la capitale. «Dans toutes les agglomérations du monde, il y a le centre et la périphérie. Sur le plan des structures, le centre est mieux structuré et mieux équipé. La périphérie, c’est souvent un chapelet de quartiers périphériques. Or, quand vous voyez Brazzaville, c’est la même chose: il y a le centre et les quartiers périphériques. Vous partez de Nganga-Lingolo jusqu’à kintélé là-bas, il y a des quartiers déstructurés qui n’ont pas d’équipements. C’est dans ces quartiers souvent, que ça soit ici ou en Europe, partout, il y a des contestations, parce que les populations n’ont pas les équipements nécessaires. Or, quand vous quittez le centre de Brazzaville, la sortie du centre de Brazzaville, c’est la périphérie, c’est-à-dire Djiri par exemple, dans le Pool. C’est ce qui fait que dans les quartiers périphériques de Brazzaville, vous allez rencontrer en majorité les gens du Pool. Simplement, parce que la capitale est dans le Pool», a-t-il déclaré. Le ministre d’Etat N’Silou a donc demandé aux ressortissants du Pool de ne pas se victimiser, mais de rechercher les soutions pour sortir de cette situation d’insécurité dans le Pool créée par Ntumi. A la fin, Isidore Mvouba a appelé les élus à relayer le message auprès des populations, mêmes si certains d’entre eux, ne peuvent pas pour l’instant, aller dans leurs circonscriptions à l’intérieur du Pool, pour des raisons de sécurité. Ainsi, donc la cellule de veille envisage d’organiser des descentes dans les arrondissements de Brazzaville et à l’intérieur du Pool, pour mieux informer les populations.

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires