22e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (Cop22) : Denis Sassou-Nguesso propose la création d’un Fonds bleu pour le Bassin du Congo

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Le Président congolais Denis Sassou-Nguesso a annoncé, à la 22ème conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, appelé Cop22, qui se tient à Marrakech (Maroc) du 7 au 19 novembre 2016, «la création d’un Fonds bleu pour le Bassin du Congo dont l’objectif est de renforcer le développement économique durable de cet espace géographique qui contribue de manière significative au maintien des équilibres géo-écologiques de la planète». Le chef de l’Etat a fait cette annonce dans sa communication, mardi 15 novembre dernier, à cette conférence qui se tient sur le thème: «L’atténuation des effets climatiques et l’innovation en matière d’adaptation».


La réunion de haut niveau de la convention cadre, a eu lieu, mardi 15 novembre.  Sous le patronage  de Salaheddine Mezouar, ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération, choisi comme président de la Cop22. Elle a connu les allocutions de Mohamed VI, Roi du Maroc, du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, du Président français, François Hollande, et du Président congolais, Denis Sassou-Nguesso. Ce dernier a annoncé la création d’un Fonds bleu pour le bassin du Congo, comme l’indique l’extrait ci-après de sa communication: «Nous l’avons tous affirmé et souligné. la Cop21 de Paris a été la Cop de l’engagement. La cop22 de Marrakech doit être celle de l’action, autrement dit, celle de la mise en œuvre de l’accord de Paris. En définitive, il nous faudrait mettre en place des mécanismes et des modalités efficaces d’action au financement, notamment pour des actions d’atténuation et d’adaptation, de renforcement des capacités, de développement et de transfert des technologies. Mais, la mise en place de ces mécanismes ne devrait pas éluder les attentes liées à la facilitation des mécanismes de financement, ni les promesses faites dans le cadre du Fonds vert pour le climat...
Bien que pays à très faible émission de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique, le Congo continue d’investir des considérables efforts pour contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique. C’est fort de cet engagement que j’annonce la création d’un Fonds bleu pour le Bassin du Congo dont l’objectif est de renforcer le développement économique durable de cet espace géographique qui contribue, de manière significative, au maintien des équilibres géo-écologiques de la planète.
Ce mécanisme, pour lequel je sollicite votre soutien et l’adhésion de tous, permettra d’appuyer la mise en œuvre des micros projets et des projets structurants d’hydro-électricité, d’irrigation des terres cultivables, des traitements des eaux usées, de récupération et traitement des déchets solides déversés dans les océans, cours et plans d’eaux et la réalisation de nombreuses autres initiatives concourant à promouvoir le développement propre de nos pays.
La nécessité d’un développement économique pour la satisfaction des besoins de nos populations ne serait inscrite  que dans la perspective de la gestion durable de nos ressources, particulièrement des eaux et forêts vu leur rôle d’atténuation des effets liés au changement climatique.
Le Congo est convaincu qu’une fois les mécanismes de l’accord de Paris sur le climat clairement définis, les moyens mobilisés, il nous sera permis d’espérer changer le cours des événements en faveur d’une planète où l’environnement sera mieux préservé et où il fera mieux vivre».

Propos recueillis par Joël NSONI


Informations supplémentaires