Centenaire de Nelson Mandela en Afrique du Sud : L’Afrique et le monde ont rendu hommage à un personnage hors-pair

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Icône anti-apartheid, Nelson Mandela «Madiba», combattant de la liberté et de l’égalité de tous les êtres humains, de tous les Sud-africains, quelle que soit leur race, aurait totalisé 100 ans le 18 juillet 2018. Sa mémoire a été honorée mercredi dernier par toute l’Afrique et par les grandes figures de la politique internationale, comme l’ancien président américain Barack Obama et bien d’autres qui ont fait le déplacement en Afrique du Sud. Dans la Nation Arc-en-ciel dont il reste le père, ce dernier rassemblement en son honneur a voulu établir le bilan de son action en faveur de l’humanité en général, et de ses compatriotes en particulier.   


Pour Georges Lory, écrivain spécialiste de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela a réalisé son rêve: «Son rêve premier, c’était d’établir la démocratie en Afrique du Sud, il y est parvenu. Il y a passé toute sa vie, mais de ce point de vue-là, il a réussi sa vie». A entendre cet analyste, la grande œuvre de Madiba est d’avoir réussi la transition démocratique en Afrique du Sud. «Souvenons-nous que le pays était sur un volcan, menacé de plusieurs guerres civiles non seulement entre Noirs et Blancs, mais au sein de la communauté zoulou. Il aura, pour cela, réussi une transition que d’aucuns ont qualifiée de miraculeuse, mais qui tient fort probablement à son sens du dialogue et à son excellente compréhension du fonctionnement de son propre parti, l’African national congress (ANC)».
L’ancien président américain Barack Obama qui a pris la parole dans un stade archicomble de Johannesburg, a rappelé aux Sud-africains les valeurs pour lesquelles Nelson Mandela a combattu toute sa vie: une lutte contre le racisme, contre l’ethnocentrisme, etc. Il a prôné la construction d’un édifice social bâti sur l’unité dans la diversité de couleurs et d’opinions. «Les divisions politiques basées sur la couleur sont complètement artificielles…il en est de même de la domination d’un groupe de couleur sur un autre…l’équipe de France de Football qui vient de gagner la Coupe du monde, tous ces gens ne ressemblent pas à des Gaulois, à mes yeux, mais ce sont tous des français», a-t-il souligné.
A rappeler, par ailleurs que Nelson Mandela n’a pu échapper à la critique. Les dernières années de son existence, Winnie Mandela, son ex-épouse disait: «Il nous a laissés tomber». C’est le sentiment qu’ont plusieurs personnes au sein de la communauté noire, qui ont eu l’impression que seule une frange de la population noire a bénéficié de la démocratie depuis 1994. Il est vrai que ceux qui sont au chômage, ceux qui ne sont pas des «black diamonds» (ceux qui réussissent dans les affaires ou dans l’administration) se sentent «laissés-pour-compte» et Winnie Mandela était leur porte-parole. Mandela a fait de gros efforts en matière d’électrification des townships, d’adduction d’eau et, avec quelque succès, en matière de logements sociaux.

Marcellin MOUZITA MOUKOUAMOU

Informations supplémentaires