Construction de logements sociaux : De nouveaux programmes seront lancés à Brazzaville et Pointe-Noire

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le gouvernement, en partenariat avec le groupe Addoha Douja promotion, premier opérateur immobilier marocain coté à la bourse de Casablanca, a décidé d’investir au Congo, dans deux programmes immobiliers, à Brazzaville et Pointe-Noire, pour un total de dix mille logements sociaux. Ce projet, dénommé «Ville sans habitats insalubres», a été présenté au cours d’une conférence de presse co-animée, jeudi 27 mars dernier, au Ministère des affaires étrangère et de la coopération, à Brazzaville, sur le thème :

«Lutte contre l’occupation anarchique en milieu urbain», par Pierre Mabiala, ministre des affaires foncières et du domaine public, et Hugues Ngouelondelé, député-maire de Brazzaville, en présence des administrateurs-maires des arrondissements de la capitale et de Jounés Ouarzazi, directeur développement Afrique du groupe Addoha.

Les programmes immobiliers de construction de dix mille logements sociaux que lance le groupe Addoha Douja promotion nécessite 20 hectares, à Brazzaville, et 20 autres, à Pointe-Noire, dans les quartiers déjà existant. Il s’agit de construire des villas modernes en lieu et place des habitats insalubres, constituant un danger pour la sécurité et la santé des occupants et du voisinage. «De ce fait, le gouvernement de la République, garant du bien-être des populations, a à cœur, conformément aux prescriptions du Chemin d’avenir, de réaliser de nouveaux lotissements dans les villes existantes, pour les mettre aux normes des villes modernes et donc, d’améliorer le cadre de vie des populations, en favorisant les plus démunis», a indiqué le ministre Pierre Mabiala. Ce projet va permettre de renouveler les quartiers, en les modernisant.
La faisabilité de ce projet appelle l’implication des entités administratives concernées, la mise en place d’une commission de gestion foncière et urbaine, le recours à la procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique, la mise à disposition des terrains prêts à l’emploi. Ainsi, au lendemain de la conférence de presse, le ministre Pierre Mabiala et le député-maire Hugues Ngouelondelé se sont rendus dans différents quartiers de Brazzaville, pour identifier les sites devant accueillir les programmes immobiliers du groupe Addoha.
Comme échantillon, ils ont retenu les quartiers «Kanga Mbanzi» et «Dragage», dans le sixième arrondissement, Talangaï, le quartier 31 et le quartier abritant l’orphelinat Paul Kamba, à Poto-Poto, et le quartier Château d’eau, à Makélékélé. Pendant  la visite de ces quartiers, le ministre et le député-maire ont échangé avec les populations, pour les sensibiliser et leur expliquer l’importance de ce projet immobilier qui ne vise que l’amélioration de leur cadre de vie. L’ensemble de la ville de Brazzaville est concerné, à raison de 2 hectares par arrondissement.
La commission de gestion foncière et urbaine, quant à elle, est l’organe technique chargé d’identifier et de déterminer les sites dûment retenus, de recenser les propriétaires de domiciles affectés par le projet et d’établir la cartographie de chaque site. Cette commission comprend les cadres et agents des administrations concernées par la phase de mobilisation et d’aménagement des terrains.
Au terme de la procédure d’expropriation, interviendra l’opération de mise à disposition des terrains prêts à accueillir les nouveaux logements. La première étape appelle un départ volontaire ou forcé des expropriés dûment indemnisés; la seconde consiste à la démolition et à la remise des terrains à l’investisseur développeur, en l’occurrence le groupe Addoha. Le même travail sera fait à Pointe-Noire.

Pascal Azad DOKO