Pôle économique : Diversifier l’économie congolaise, par la promotion du secteur privé

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le souci de diversifier l’économie congolaise et la rendre moins dépendante des ressources pétrolières, deux projets ont été mis en place, en partenariat avec la Banque mondiale et la B.a.d (Banque africaine de développement). Il s’agit du Pade (Projet d’appui à la diversification de l’économie) et du Pacadec (Projet d’appui institutionnel pour l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie congolaise), dont les activités ont été, officiellement, lancées, le mardi 18 octobre 2011, à Brazzaville, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’auditorium du Ministère des affaires étrangères et de la coopération, à Brazzaville, sous le patronage de Mme Yvonne Adelaïde Mougany, ministre des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat, représentant le ministre d’Etat, coordonnateur du pôle économique, en présence de Mme Sylvie Dossou Kouamé, représentante résidente de la Banque mondiale au Congo, Eustache Ouayoro, directeur des opérations pour les deux Congo, et  Mamadou Tangara,  représentant résident par intérim de la B.a.d. On a noté, aussi, la présence de quelques membres du gouvernement et des représentants de certains organismes  internationaux.

En lançant les activités des deux projets, à sa voir le  Pade et le Pacadec, le défi majeur que le Congo entend relever consiste à utiliser sa manne pétrolière pour construire une économie diversifiée et plus compétitive, pour réduire la pauvreté et améliorer les conditions sociales de sa population. Les projets lancés ont pour objectif de promouvoir la croissance du secteur privé et des investissements dans le secteur non pétrolier. Ils se concentreront, particulièrement, sur les petites et moyennes entreprises et sur le C.f.c.o (Chemin de fer Congo océan), qui est la source de croissance et de diversification économique la plus importante et la plus immédiate.
Les deux projets fourniront, essentiellement, une assistance technique nécessaire pour mettre sur pied et professionnaliser les institutions d’appui au secteur privé, dont le Congo a un besoin pressant et pour amorcer les réformes du climat des affaires. La Banque africaine de développement, à travers le Pacadec et la Banque mondiale, à travers le Pade, soutiennent le Congo dans la mise en œuvre du plan d’action pour l’amélioration du climat des affaires, adopté par le gouvernement et dont l’objectif principal est de promouvoir le secteur privé hors-pétrole et de réduire la dépendance du pays vis-à-vis des ressources pétrolières.
Le Pacadec est un projet d’appui institutionnel, conforme aux orientations nationales en matière de développement du secteur privé, auxquelles la Banque africaine de développement a réservé une place de choix dans sa stratégie pour le Congo. Son but global est de contribuer à faciliter la création d’entreprises et la promotion du secteur privé hors-pétrole, à travers l’amélioration de l’environnement des affaires. Le projet sera exécuté sur une période de cinq ans, à travers deux composantes.
Quant au Pade, avec l’appui de la Banque mondiale, il devrait contribuer à:
- améliorer le dialogue entre le secteur public et le secteur privé;
- accélérer les investissements privé dans les secteurs porteurs;
- réformer et renforcer les structures d’appui à la création et au développement des petites et moyennes entreprises;
- et enfin accompagner la réforme du C.f.c.o.
Il sied de signaler que le financement global du Pade et du Pacadec, tous bailleurs confondus, se situe autour de trente six millions  de dollars, soit 18 milliards de francs Cfa.
Le Pade représente un montant de 20 millions de dollars, dont le Congo et la Banque mondiale apportent respectivement 10 millions de dollars, soit 5 milliards de franc Cfa chacun; le Pacadec représente, quant à lui, 5 milliards de francs Cfa.
La Bad a accordé au Congo un don de 2,5 milliards de francs Cfa, au profit du Pacadec. Le financement de la contre-partie congolaise s’élève, également, à 2,5 milliards de francs Cfa. Le coordonnateur de ces deux projets est Joseph Ibara.
A la cérémonie de lancement des activités, Mamadou Tangana a promis que «la Banque africaine de développement ne ménagera aucun effort pour l’accompagnement et l’appui conseil à l’équipe d’exécution du projet Pacadec». A son tour, Eustache Ouayoro de la Banque mondiale a insisté sur le contrôle, avec des revues annuelles. Pour sa part, Mme Yvonne Adélaïde Mougany a sollicité à toutes les parties de faire attention à l’exécution des projets, dans la répartition des missions et la complémentarité des actions. Le gouvernement n’assurera qu’une tutelle administrative.

Philippe BANZ.    

Informations supplémentaires