Sécurité publique : La police démantèle deux groupes de malfrats à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La police a mis la main sur deux groupes de malfrats opérant dans la ville. Ces bandits ont été présentés à la presse, jeudi 28 mai 2015, à Brazzaville, par le colonel Jules Monkala Tchoumou, directeur de la sécurité publique et porte-parole de la police. C’est un véritable coup de filet qu’a réussi la police, ces derniers jours.

En mettant la main sur ces deux groupes de bandits opérant dans la ville-capitale, en toute impunité, avec des armes blanches. Ces derniers arrivaient, quelquefois, à ravir des bijoux et à extorquer de l’argent à leurs victimes. 

Le premier groupe est composé de vingt et une personnes, dont une jeune dame. Les membres dudit groupe pratiquent une délinquance rampante: ils partaient de Poto-Poto, jusqu’à Bacongo, en passant par Moungali, Ouenzé et Talangaï, ainsi que dans bien d’autres quartiers de la ville. Dans ce premier groupe, on dénombre quelques étrangers, dont des récidivistes.
Le deuxième groupe, formé de sept personnes, dont une fille, a été interpellé, le jour même de leur présentation, à Moukondo, un quartier de Moungali, le quatrième arrondissement de la capitale congolaise, leur gîte de prédilection. Plusieurs fois, la police a été à leurs trousses, mais ils parvenaient à s’échapper.
Selon le colonel Jules Monkala Tchoumou, la Police poursuit son enquête. Mais, d’ores et déjà, il a annoncé que ces bandits de grand chemin, qui terrorisent la population, seront déférés à la Maison d’arrêt, et la suite sera donnée par le parquet. Le porte-parole de la Police a saisi, par ailleurs, cette occasion, pour demander à la population d’être vigilante et de dénoncer, à tout moment, les groupes de malfrats qui sévissent dans les quartiers, afin d’ aider la Police qui ne fléchira pas à mettre la main sur eux. De même, il a rassuré que Brazzaville n’est pas en insécurité. «Ce sont des phénomènes normaux, des groupes résiduels et ce n’est pas quelque chose de grave. La police est toujours en éveil, et avec les Jeux africains qui approchent, la population peut toujours compter sur elle», a-t-il conclu.

A.P. MASSAMBA

Informations supplémentaires