Editorial

Sortir de la confusion à propos du consensus et du référendum

Note utilisateur:  / 3

A l’heure où à l’on entreprend de vulgariser les résultats du dialogue national sans exclusive qui s’est tenu à Sibiti, du 13 au 17 juillet dernier, il y a lieu de clarifier les choses, pour sortir de la confusion que certains font de l’usage des termes «consensus et référendum». A la lecture du communiqué final du dialogue 2015 de Sibiti, on peut retenir qu’il n’y a pas eu de consensus sur le changement de la Constitution. Car, il y a eu trois tendances: le statu quo (ceux qui ne veulent pas qu’on modifie ou qu’on change la Constitution); la révision (ceux qui souhaitent une évolution des institutions par la révision de la Constitution) et le changement de la Constitution (ceux qui souhaitent que l’évolution des institutions se fasse par l’adoption d’une nouvelle loi fondamentale).

Lire la suite...

Au-delà, c’est toujours le dialogue qui triomphera!

Note utilisateur:  / 1

La démocratie, le moins mauvais, semble-t-il, des- systèmes de gestion de la cité, inventés par l’homme, ne s’exerce que dans le dialogue. Faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait caractérise l’attitude des démocrates. En Afrique, on a du mal à s’y faire! Quand on est à l’opposition, pour la conquête démocratique du pouvoir, on tient des discours très très démocratiques du genre: transparence des élections, bonne gouvernance, respect des droits de l’homme, justice sociale, lutte contre l’impunité, etc.

Lire la suite...

Un héritage historique pénible, mais un avenir démocratique paisible à construire

Note utilisateur:  / 0

Violences et émeutes sanglantes entre partisans de Jacques Opangault et de Fulbert Youlou (1959), après le basculement de la majorité à l’assemblée territoriale; révolution ou émeutes des 13, 14, 15 août 1962 ayant entraîné la chute du premier régime post-indépendance du président Fulbert Youlou,  sonnant le glas de la première République; parti unique et socialisme bantu, avec le président Alphonse Massamba-Débat (1963-1968), avec son cortège de violences politiques, d’arrestations, de tortures et d’assassinats politiques; parti unique et marxisme-léninisme, avec le président Marien Ngouabi (1969-1977), marquant l’irruption de l’armée en politique...

Lire la suite...

«On ne peut vouloir d’une chose et son contraire à la fois»

Note utilisateur:  / 0

«Rien n’est figé ni définitivement arrêté dans la vie d’une Nation. Surtout pas les nôtres encore toutes jeunes et confrontées à des pesanteurs qui entravent leur processus de développement et d’épanouissement», avons-nous dit la fois passée, en nous félicitant de la convocation du dialogue national sans exclusive.

Lire la suite...

Enfin, le dialogue national sans exclusive !

Note utilisateur:  / 0

Rien n’est figé, ni définitivement arrêté, dans la vie d’une Nation. Surtout pas les nôtres, encore toutes jeunes et confrontées à des pesanteurs qui entravent leur processus de développement et d’épanouissement. Et donc, il faut des moments où l’on s’arrête, pour se mettre autour d’une table et voir ce qu’il y a à réajuster, à refaire ou à améliorer, etc., dans notre vivre ensemble, par rapport à nos lois, à nos institutions et surtout, à notre pratique du jeu démocratique.

Lire la suite...

Informations supplémentaires