Editorial

Pour réussir «le tout économie, en vue d’un tout social»

Note utilisateur:  / 1

En réalité, le président Denis Sassou-Nguesso n’a pas placé son quinquennat à la tête du pays sous le signe de la rupture, qui est, plutôt, la conséquence de son appel renouvelé au changement de mentalités, au regard de l’expansion des anti-valeurs dans le monde de la gestion publique, mais il l’a placé, plutôt, sous le signe du développement économique, qui doit entraîner le bien-être social. «S’il nous faut, dès à présent, placer ce quinquennat sous un signe, ce serait celui du «tout-économie», en vue d’un «tout-social» mieux accompli pour tous», avait-il déclaré, dans son discours d’investiture, le 15 avril 2016, au Palais des congrès.

Lire la suite...

«Il faut toujours veiller à rassembler, respecter et apaiser»

Note utilisateur:  / 1

L’envol de la nouvelle République est menacé par les extrémismes de tous bords, parmi les protagonistes de la scène politique congolaise. Lorsqu’il marqua sa compréhension dans l’évolution de la situation congolaise, le 21 octobre 2015, le président français, François Hollande, avait conseillé qu’«il faut toujours veiller à rassembler, respecter et apaiser». A l’époque, Brazzaville considérait l’Elysée comme opposé au changement de Constitution au Congo.

Lire la suite...

Le temps de la guerre psychologique?

Note utilisateur:  / 0

Définie comme stratégie ou méthode de faire croire à l’adversaire qu’il est en position de perte ou de faiblesse et qu’il a intérêt à se rendre ou à s’aligner pour sa survie, la guerre psychologique empoisonne la vie politique au Congo, depuis le processus électoral qui a conduit au référendum constitutionnel et à l’élection présidentielle anticipée du 20 mars 2016. Bien sûr, le Congo n’est pas le seul pays africain confronté à ce phénomène. Des pays voisins comme la République Démocratique du Congo ou le Gabon, pour ne citer que ceux-là, y sont à l’affiche.

Lire la suite...

Pour consolider la marche de la nouvelle République!

Note utilisateur:  / 0

Enfantée dans la douleur des querelles politiques, la nouvelle République, pour renforcer sa légitimité populaire et servir de ferment à l’unité nationale, doit entreprendre à faire renaître la confiance entre Congolais, divisés par un processus électoral qui a failli redonner des ailes aux démons de la violence fratricide. Le Congo est passé à deux doigts du pire, entre le référendum constitutionnel et l’élection présidentielle, et il faut se féliciter de ce que l’esprit de responsabilité l’ait emporté sur la passion.

Lire la suite...

Le semi-parlementaire réussira-t-il à nous conduire au bien-être?

Note utilisateur:  / 0

Le premier ministre a présenté le programme d’action de son gouvernement, devant les députés dont la mission est de contrôler sa réalisation. C’est la nature du régime semi-parlementaire dans lequel le gouvernement peut être censuré par les élus du peuple, s’il ne parvient pas à réaliser des politiques publiques qui comblent les attentes du souverain primaire.

Lire la suite...

Informations supplémentaires