Joyeux Noël?

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

De la sinistrose qui frappe le pays, nous pouvons seulement dire qu’elle n’est pas un mantra à répéter. Ce n’est pas en clamant que nous sommes un pays qui souffre, qui est malade, économiquement  asphyxié que nous y ferons quelque chose. Le malade ne se guérit pas de crier, mais de se trouver les moyens de la guérison. Pour le Congo, ces moyens sont connus; ils sont énumérés avec la plus parfaire exhaustivité par nos hommes et femmes politiques. Dans son discours sur l’état de la Nation, le 17 décembre dernier, le Chef de l’Etat a dénoncé le manque de sanctions contre les mauvais comportements dans l’appareil public.


Dans les rangs de l’opposition où on se fait fort de juste dire le contraire de ce que proclame la majorité pour être applaudis, toutes les dénonciations n’ont pas qu’une valeur de com. Il en est qui collent à la réalité vraie du pays, et qui sont de véritables cris d’alarme du petit peuple. Mais, comme nous disons toujours, celui qui dénonce et celui qui rit ont souvent partie liée. Hier, seulement, l’un était l’autre dans des rôles tellement interchangeables que personne ne croit plus personne désormais.
Des échéances se préparent à l’horizon plus ou moins lointain. Cette semaine s’ouvre le 5è congrès du parti au pouvoir. La semaine prochaine, nous suivrons le message des vœux du Président. En 2021 auront lieu les cruciales élections présidentielles: qui se présentera ou se représentera? Qui est autorisé à le faire, qui non? Le champ politique sera agité de mille et une manœuvres de positionnement. Le tout dans un contexte économique assez gênant; où les financements promis par le FMI sont recalés du fait de la non-satisfaction de quelques-unes des clauses souscrites. Fâcheux!
Mais tout cela se vivra aussi dans l’apparente insouciance de toujours chez notre peuple si merveilleux d’exubérance.
Nous célébrons Noël et devrions être à la joie. Ou, à tout le moins, à l’espérance d’un renouvellement de la société. Cela n’a pas été le cas l’an dernier, espérons-le pour l’année qui vient. Elle nous apportera sûrement des motifs de joie, quelle que soit la dimension sociale ou de notre être qu’elle éclairera. Formalisme obligé, sans doute mais vœux sincères surtout: Joyeux Noël!

Albert S. MIANZOUKOUTA