Tu ne tueras point

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La mort d’un prêtre, quelles que soient les latitudes et quelles que soient les explications, est toujours un drame dans une société. Le signe d’un effondrement absolu de tous les repères. En fait, il faut avoir atteint les abysses de l’abject pour oser s’attaquer à un homme de Dieu, à une religieuse ou à un pasteur, ou oser s’en réjouir. Or, dans notre société et notre sous-région, les meurtres de prêtres, de religieux et religieuses ; les assassinats d’évêques ont tendance à se succéder sans grand émoi d’ensemble.

 

Des Assomptionnistes ont disparu en République démocratique du Congo depuis près de dix ans ; deux évêques ont été assassinés au Cameroun sans qu’on sache les tenants et les aboutissants des enquêtes. Au Burundi, au Cabinda et dans notre propre pays, nous allongeons la liste des hommes de Dieu sacrifiés pour des raisons sordides, tués sans que la main assassine ne s’arrête même devant la poitrine d’un cardinal. L’Abbé Paul Mbon, curé de Sembé, que j’avais laissé bien portant il y a un peu plus de six mois, a été retrouvé mort à Ouesso, dans la rivière Sangha. Terrible !
Les prêtres sont les boussoles de nos vies. Ils ont, pour la plupart, quitté les attraits de ce monde pour aller servir au fin fond d’une brousse, prêcher l’Evangile à des plus pauvres, rappeler que l’amour de Dieu est pour nous tous. Et ils ne font que cela, tout au long des années que Dieu leur concède et qu’il est seul à abréger. Assassiner un prêtre, c’est éteindre la lumière qui nous orienterait dans le noir. Un prêtre de Ouesso a trouvé la mort, le Congo ne s’en portera ni plus fier, ni plus heureux.
Pas même si cette disparition a des causes accidentelles. Car ce n’est pas la soustraction d’une vie qui nous renforcera dans notre humanité ; qu’on respirera un air meilleur. Dans des recoins sordides d’une cabane de brousse, des hommes et des femmes passent leur temps à réciter le chapelet pour le salut du monde, à célébrer l’eucharistie. Que l’on y croie ou non, cette activité n’est pas faite pour nuire au monde, au contraire. Mgr Ernest Kombo l’avait dit: qu’on soit chrétien ou non, il y a dans le Décalogue chrétien, trois Commandements qui devraient nous regarder tous: «Tu ne mentiras point ; tu voleras point ; tu ne tueras point» !

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires