C’est Ramazani !

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La République Démocratique du Congo se met en ordre de marche vers son destin, en décidant de changer de président dans moins de cinq mois. Le président Joseph Kabila Kabange a décidé de se mettre de côté de facto et de donner à son pays un visage nouveau pour le guider. Même non dénué de calculs politiciens, son geste ne manque pas de panache. Dans les prochains mois, nous regarderons les signes du bouleversement qui s’opère. Certes, changer pour changer n’est pas synonyme de paix ou de développement, mais dans la vie d’une Nation, savoir écouter le cœur battant d’un peuple est la marque d’une maturité politique sur laquelle le développement peut prendre pied.


Certes aussi, dans notre Afrique, et particulièrement dans notre Afrique Centrale où les dribbles sont aussi notre fort - en politique et pas toujours en sport - il ne serait pas impossible qu’un retournement de situation nous revienne à la face. Certes également, Emmanuel Ramazani Shadary, homme du sérail, n’incarne pas vraiment le changement; il n’est même pas forcément assuré d’être le futur président de la République. Sur sa route, d’autres figures de poids, tels les Jean-Pierre Bemba et Félix Tshisekedi, aspirent elles aussi à cette prétention. Mais nous nous prêtons à rêver à un jeu qui sera ouvert, avec des règles maintes fois réaffirmées à respecter et un verdict final qui, en décembre prochain, libérera le nom du vainqueur de la présidentielle salué par la classe politique unanime qui ne s’éparpillera pas en accusations de tricheries !
Saluons, pour l’heure, un événement de cette Afrique que l’on croyait vouée résolument à la médiocrité et à la courte échelle devant le droit et les devoirs. Que cela se passe chez un peuple cousin ajoute aussi à une sorte d’orgueil régional. Mais ne soyons pas dupes dans la joie. Des jeux souterrains pourraient s’opérer qui bouleverseraient le scénario idéal que nous croyons tracé, une fois pour toutes, jusqu’à la présidentielle de décembre. La République Démocratique du Congo est un pays immense. Dans les replis de son vaste territoire pourraient se cacher aujourd’hui les pièges et les chausse-trappes.
Nous souhaitons à un peuple frère d’en triompher. Il faudra assurément du courage dans les engagements pris solennellement devant les peuples, résister aux provocations, s’éloigner du schéma trop habituellement africain de la contestation-répression, tourner résolument la page des années d’incertitudes qui ont coûté trop de sang – même chrétien.  Un président d’Afrique centrale a clairement dit qu’il renonçait à briguer un énième mandat que lui interdit la Constitution. Peu importe que ce soit pour se ménager une sortie sans peine. La jurisprudence vaut la peine d’être contemplée.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires