Bientôt le train?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

On l’annonce pour juillet! La remise en circulation du train sur le réseau principal Brazzaville-Pointe-Noire sera le signe le plus concret du retour de la paix dans le Pool. Et donc dans le pays. Ce sera un desserrement de l’étau imposé par Ntumi sur une partie du pays, prenant en otage les flux économiques. La guerre dans le Pool n’a jamais eu de sens. La signature de la paix à Kinkala doit désormais l’avoir.

Nous ne pouvons avoir envoyé à la mort, directement ou indirectement, des dizaines de Congolais et faire comme si cela n’avait jamais existé. N’avait jamais compté. Nous complaire dans l’insouciance de toujours qui mêle drames et dérisions dans un même élan de tourbillon des sens.
La guerre du Pool, donc, va vers sa fin, parce qu’elle n’avait pas d’autre issue logique. Ceux qui se sont illustrés dans ses différents épisodes de cruauté feront leur propre tri pour mettre leur conscience en situation de regarder la nation dans les yeux. Les questions du statut de Ntumi, du sort de ceux des siens qui se sont volontairement rendus, sans leurs armes, dans les sites convenus n’auront pas vraiment grande importance. Car il ne s’agit pas d’honorer des citoyens méritants ayant fait progresser la cause de la République, mais de trouver une sorte de crise qui nous assure la non-répétition de l’abject.
Contentons-nous, donc pour l’heure, de retrouver, encore fonctionnel, le peu d’infrastructure dont nous disposions avant le 4 avril 2016, la date à laquelle nous renvoient les épisodes les plus fous. Dont l’immobilisation des trains de notre historique voie ferrée, avec la destruction des ponts le long de sa ligne. En pure perte !
Aujourd’hui, donc, si jamais nous pouvions rêver d’un indéfinissable service à la nation, la réhabilitation de la voie ferrée du Chemin de fer Congo-Océan serait un lot de consolation. Avec peut-être en prime des équipements révisés ou renouvelés, une mentalité des cheminots et de la police ferroviaire moins insolente et plus soucieuse du respect aux voyageurs. Avec aussi peut-être en prime, un engagement de Ntumi à ne plus nous engager dans une aventure où seul son égo serait satisfait. Car il y a une petite économie de gare qui a disparu pendant ces près de deux ans, des vieillards et des bébés qui sont morts sans même savoir pourquoi, choses dont personne ne pourra jamais être fier.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires