​Il est long, le tunnel?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Tout, dans le pays, renvoie à une sorte de torpeur inquiète. La pauvreté ambiante ajoute à la sinistrose du moment; tout le monde sait que nous sortirons de la crise, mais personne n’oserait pronostiquer quand, ni dans quel état nous trouveront les manœuvres de coulisse qui nous sauveront. Rien d’officiel et de rassurant; tout est absolument fait pour que nous comprenions que nous sommes dans la crise, mais que cela pourrait être pire. Que la période que nous vivons est juste un mauvais moment à passer ; qu’il suffit de se serrer les doigts, d’adopter la méthode Coué et nous serons sauvés. Voire !


Au fait, c’était comment aux temps de l’opulence? Comment vivions-nous quand c’était comme cela devait être ?
Il y a ceux qui savent et qui se rappellent. Mais il y a surtout ceux qui ne savent pas et qui n’ont jamais su. Ceux pour qui hier, aujourd’hui ou demain ne sont qu’une éternelle succession de coups de trimards, pas forcément la cadence des temps bons et des temps moins bons. C’est peut-être pour ceux-là que cette crise-ci n’est pas une simple question de rhétorique. Car si le dur a toujours été dur, la sortie du tunnel devrait signifier pour eux  le raccordement, enfin, à la normalité de la République.
Cela ne se fera pas par un coup de baguette magique: il y faudra notre volonté à tous. Il y faudra notre désir de vivre différemment, sinon mieux. Nous en avons les ressources; nous en avons les moyens, il s’agit seulement de voir et faire les choses autrement désormais. Dresser les meilleurs diagnostics de la nation n’a de sens que si le constat suggère aussi la thérapie et la ferme volonté de l’appliquer sans passe-droits.
En prenons-nous le chemin ?
Economistes, statisticiens, sociologues et membres de partis, chacun dans son domaine de compétence, nous donneront certainement des réponses différentes. Elles seront argumentées et découpées dans la logique où elles doivent nous être présentées. Mais celle qui comptera viendra  de chacun de nous, pas d’un livre.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires