Où en est l’enquête ?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il y a une semaine, nous avons fait l’objet d’une attaque en règle. Sept jours après ces faits inouïs, nous ne sommes toujours pas en mesure de mettre un nom sur les commanditaires d’agissements que l’on croyait réservés à un autre monde. Attaquer des journalistes venus couvrir une  conférence de presse convoquée par des avocats; arracher leur matériel ; envahir notre cour avec armes et taizers dirigés contre toute personne en mouvement, journalistes, militants ou simples citoyens de passage est tout simplement inédit.

Nous ne sommes toujours pas en mesure de dire avec précision qui était visé principalement : les avocats d’Okombi Salissa (sans doute), les journalistes venus couvrir la conférence de presse ou La Semaine Africaine, bien étrangère à tout mais membre, elle aussi, de la corporation qui a le plus souffert dans cette affaire ?
On nous a promis une enquête, nous en attendons le résultat. Pour l’instant, seuls des numéros de téléphone sans vie nous ont été communiqués, une immatriculation, la reconnaissance approximative de quelques-uns des membres du commando : où en est l’enquête ?
A vrai dire et sans vouloir nous contredire, les réponses à ces interrogations importent peu: seule compte la volonté d’assurer aux hommes et femmes de presse que nous sommes un environnement de travail sain et sûr. Seule compte finalement la prise en compte de notre rôle de reflet de la société dans ses difformités comme dans ses flamboyances. Hommes et femmes politiques, la presse dans laquelle vous aimez à admirer vos photos et discours ne peut pas faire son devoir sous la menace des matraques.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires