L’heure des braves

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il n’y a plus d’excuse désormais pour en finir avec la crise du Pool. La Nation est saisie de ce problème qui quitte l’aire restreinte du seul Pool pour devenir une préoccupation de tous. Le Président de la République a donné sa parole: couloirs sécurisés, pas de rétorsions  contre les Ninjas qui se rendraient (avec leurs armes), encouragements aux initiatives qui vont dans le sens du dialogue.

Pour faire la paix, il faut au moins être deux, l’heure qui vient est donc celle des braves. De ceux qui, malgré les raisons de la colère et les frustrations devant tant de sang versé – pour rien! – entendent faire face au futur avec courage. Car nous devrons parler Nation !
La crise qui a perduré a développé des excroissances tendant à devenir normalités. Il s’agit de tous ces prétextes à…: solliciter plus d’argent pour «arroser» tel braillard; exercer plus de violence pour réduire des irréductibles; de représailles. Ou des indifférences justifiées par ces «Toujours eux !» énoncés ou murmurés mais entravant un début serein de réflexion sur les causes profondes de cette crise ou le principal grief de son animateur.
Laissons aux politiques le soin de rechercher et trouver les bonnes combinaisons: paix et justice? Justice et réconciliation? Indemnisation et démobilisation? Réinsertions et amnisties? Dialogue national encore? Que le shaker politique établisse l’ordre des priorités et les mécanismes qui nous conduiront à une issue apaisée. Qu’il sache rendre compte à la Nation, parfois agacée qu’un seul département focalise autant d’attention.
Une  chose est certaine toutefois: de la situation actuelle à l’idéal souhaité, c’est seulement le désir de paix sera profitable à tous, pas la poursuite des violences dans un département. Pas davantage la volonté, toute légitime qu’elle soit, de neutraliser au plus tôt un aventurier devenu une épine dans le pied de la Nation.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Informations supplémentaires