PREMIÈRE JOURNÉE LITTÉRAIRE DÉDIÉE À BENOÎT MOUNDELÉ-NGOLLO : Les œuvres de l’écrivain-général passées au peigne fin

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 

 

 

La Première journée littéraire dédiée aux dix-neuf œuvres littéraires de l’écrivain-général Benoît Moundelé-Ngollo, alias  Mouandzol’ ô Pama, a vécu. Elle s’est déroulée le samedi 22 février 2020, à l’amphithéâtre du Lycée de la Révolution, à Brazzaville. Elle a été précédée un jour avant de la cérémonie de présentation et dédicace du tout dernier livre de l’auteur titré: «Adieu mes lecteurs», sous-titré «Le mwana ntsouka de mes livres».

 

Cette journée qui a drainé un grand public a permis de décortiquer de fond en comble l’ensemble des œuvres de l’auteur constituées de divers titres, sur les thèmes aussi variés que la politique, l’injustice, l’hypocrisie, la méchanceté, etc.
Du moralisme de l’écriture du Pr André Patient Bokiba, à l’écriture philosophique et politique aux aspects historiques avec le Pr Mukala Kadima Nzuji, tout presque a été dit sur l’auteur. Sans oublier les interventions d’autres sachants comme Théophile Obenga, Dominique Ngoie Ngalla, Charles-Zacharie Bowao, Chara Rebecca Moundelé-Ngollo, Julien Makaya Ndzoundou, Pierre Ndion, Isaac Djoumali Sengha, Willy Gom, Dieudonné Zélé, Arthur Yvon Mougani (les deux derniers cités sont venus de France)… Le général-écrivain tire sa gloire du soutien de ses sachants qui ont passé au peigne fin ses œuvres littéraires et rappelé leur ressenti après lecture, telles que : ‘’Du coq à l’âne’’ ; ‘’Je plaide non coupable’’, etc.
Développant le thème : ‘’L’utopie ou le rêve d’une société idéale au cœur de l’œuvre de Benoît Moundelé-Ngollo », Arthur Yvon Mougani, secrétaire général du Cercle des écrivains et artistes des Afriques (CE2A), a révélé que parmi les écrivains congolais qui ont embrassé le genre utopique, l’exemple de Benoît Moundelé-Ngollo est très intéressant pour ses multiples casquettes: sportif, militaire, homme politique, chef coutumier. Son écriture atypique dénote-t-il d’une vraie passion sociale qui s’exprime par une révolte contre les dérives et qui nourrit un projet de réforme et de construction d’une société qui repose sur les principes de justice et d’équité : son utopie.
L’étude de l’utopie chez Moundelé-Ngollo, estime-t-il, repose sur un titre phare ‘’Les vautours ou charognards de la République populaire de Lokuta, capitale Bongwana’’, ainsi que sur de nombreux textes publiés dans plusieurs de ses livres.
Sur l’intérêt de ses écrits, Mougani affirme que le parcours de la vie de l’auteur a beaucoup d’influence sur son écriture où les faits de société sont très prégnants, ce qui traduit la prépondérance des idées sur la forme. Moundelé-Ngollo est un écrivain prolifique qui, en deux décennies, et dans l’une des périodes les plus tumultueuses du Congo, a produit 19 œuvres, principalement sur le thème de la révolte contre les dérives sociétales. Il tire son originalité de par son style, le SNOPRAC, qui lui confère la liberté d’aborder dans une même œuvre plusieurs sujets, autant de genres littéraires. Ainsi, dans chacune de ses œuvres, il fait évoluer sa pensée utopique. Sa démarche reste fidèle à la tradition de ses prédécesseurs. Portant un regard sur les maux qui minent sa société, il assène une critique acerbe à l’endroit de l’élite, sans épargner la passivité du bas peuple. Il est au cœur de la société congolaise, présent et agissant durant ces périodes les plus tumultueuses, notamment celle de la naissance de la société socialiste des années 70 ainsi que celle de la société démocratique des années 90.
Pour le Pr Dieudonné Nzélé, l’auteur invite, simplement, le lecteur à le suivre dans sa vision. Le Pr Dominique Ngoie Ngalla s’est, pour sa part, interrogé pourquoi l’auteur se sépare-t-il de ses lecteurs? On est toujours dans l’inachèvement, a souligné le Pr Théophile Obenga, qui estime que l’écrivain devrait continuer à éclairer les consciences. Cependant, le Pr Mukala Kadima Nzuji relève que le style de Moundelé-Ngollo est une contribution à la littérature congolaise. «On est écrivain, parce qu’on a un style. Quand on n’a pas de style à soi, on n’est pas écrivain. C’est cela que les gens ont tendance à oublier. Si on écrit comme tout le monde, à la manière de…, on a beau publié des tonnes de livres, on ne sera jamais un écrivain.»
Moundelé-Ngollo reviendra-t-il avec un autre titre comme: ‘’Rebonjour mes lecteurs’’, comme l’a souligné le Pr Charles-Zacharie Bowao, rien n’est moins sûr car, l’écrivain-général a dit se consacrer, dorénavant, à la méditation de ses méditations.

Boris B.

 

 

 

Informations supplémentaires