Mémoire : Sébas Enemen, 8 ans après!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’artiste-musicien Sébas Enemen (Nzambi Makoumba- Nzambi à l’état civil) disparaissait il y a 8 ans (29 mai 2011). Pour marquer l’évènement, ‘’La Muse’’, l’écurie musicale qu’il a créée, a organisé à Brazzaville une journée culturelle sur le thème : ‘’L’œuvre de Sébas Enemen 8 ans après’’, pour montrer aux mélomanes venus nombreux l’œuvre de ce compositeur hors-pair dont les chansons qui continuent à traverser les générations ont été interprétées magistralement par Nizde Enemen, sa fille et actuelle patronne de l’orchestre.

 

Général de la Gendarmerie nationale de son état, Sébas Enemen est arrivé dans la chanson en 1996, année de la présentation de son premier opus intitulé ‘’Le temps des jacinthes’’. C’est également ce nom que porte son recueil de chansons publié en 2010 à Brazzaville avec la préface du Pr Dominique Ngoïe-Ngalla. Un recueil qui compte 42 poèmes en langue française, tirés d’un répertoire qui englobe 62 titres. Les uns en lingala, en kituba et kibeembe. Un petit nombre en espagnol. Le fort tempérament de l’auteur refusait de se laisser enfermer dans l’univers beembé, pour aller à la rencontre de tous les hommes de la terre, ses frères humains. Les titres tels que : ‘’Paix sur la terre’’ ; ‘’Que reste-t-il de la nation ? ’’ ; ‘’Congo mon pays’’ ; ‘’J’irai pleurer à Gorée’’ et bien d’autres, le prouvent. A son actif, il a laissé six albums et un single de deux chansons. Aussi, Sébas Enemen chantait la paix, l’amour, le social, l’économie, les villes, le développement, l’amour du prochain. Le Grosso modo, le vivre ensemble. L’auteur de ‘’l’Hymne de Brazzaville’’ chantait pour plus d’humanité, de tolérance, de concorde, d’unité, de fraternité.
Dans une communication faite à l’occasion, le Pr Ngoïe-Ngalla qui était uni par un lien affectif très fort à l’artiste, a souligné que Sébas Enemen était un soldat doublé d’un merveilleux artiste. «Il avait les pieds légers et l’âme joyeuse et installa sa chanson de préférence dans la rythmique enlevée et lumineuse de la salsa et du Tcha-tcha. Pendant les textes de ses chansons, il eut des ambitions littéraires, la rigueur technique d’une composition soucieuse, de calcul de quantité de syllabes et de métrique. (…) En tout cas, l’exigence austère dans le choix des mots, la richesse de la rime, tous ces procédés techniques font de bien des textes de Sébas Enemen des petits bijoux qui mériteraient de figurer dans nos anthologies pour être appris par nos petits collégiens. A la forme de l’écriture de cet artiste, l’éclat, la brillance, la rigueur et la composition, il y a une autre chose qui s’ajoute à la beauté de ses textes, l’ironie».
Dans l’œuvre de Sébas Enemen il y a a, conclu l’orateur, «les choses qui parleront à la prospérité» et qui font la valeur. Mais ce n’est pas tout, ce n’est pas la beauté, ce ne sont pas la brillance et l’éclat divers qui constituent les seuls mérites de l’œuvre qui n’est même pas encore l’ironie souriante, cette autre chose qui fait la valeur de son œuvre. «En s’ouvrant ainsi aux problèmes du monde, l’artiste refuse de réduire son art à sa seule dimension. Il assigne à son art la mission d’être la construction d’une humanité plus fraternelle, et il nous laisse en vérité une œuvre prodigieuse qui par sa qualité vivra certainement dans la mémoire collective».
Bien d’autres témoignages également élogieux ont ponctué la cérémonie et notamment ceux du Pr Mavouangui, de la veuve Henriette Makoumba Nzambi. Sans oublier le poème en hommage à Sébas Enemen déclamé par André Boule. La cerise sur le gâteau a été l’interprétation brillante des œuvres de l’artiste par Nizde Enemen. Parlant au nom de la famille, le médecin-colonel Maxime Makoumba Nzambi, l’un des fils du défunt a rassuré l’assistance que les activités de l’Ecurie vont reprendre avec dynamisme avec le retour de Nizde Emenen accaparé entre temps par les problèmes de maternité. En plus, il est prévu la réalisation d’une compilation des œuvres de Sébas Enemen, et une grande cérémonie à l’occasion des dix ans de sa disparition.  

Alain-Patrick
MASSAMBA

Informations supplémentaires