Edouard Ekolaka, écrivain, poète, essayiste : «La démocratie n’est pas bonne pour l’Afrique»

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’écrivain, poète, essayiste Edouard Ekolaka a publié, il y a quelques années, un roman intitulé: «L’Afrique, la démocratie». Dans l’interview qu’il nous a accordée, il explicite sa thématique.

*Pourquoi avez-vous choisi comme thématique la démocratie?  
**Le roman  «L’Afrique, la démocratie», a été publié en 2004, aux Editions Le monde ouvert. Autrefois, la technologie n’était pas évoluée, mais de nos jours, l’internet est passé à une vitesse de croisière. Voilà pourquoi j’ai voulu parler de mon roman. La démocratie n’est pas bonne pour l’Afrique, elle ne donne pas le travail à la jeunesse, elle prône la suprématie du capital sur l’homme. Les rapports de production sont privés. L’Afrique doit avoir une démocratie à l’africaine. Dans mon roman, il existe deux types de démocraties: celle du centre et celle participative ou libérale.
S’agissant de la démocratie participative ou libérale, il est mieux de retenir la liberté d’expression, l’élection du président au suffrage universel. Par contre, la démocratie du centre garantit le travail pour tout le monde et les biens de production sont collectifs. Le principe clé d’une démocratie, c’est d’abord le social et les droits de l’homme. La démocratie à l’africaine est une démocratie d’Etat.

*Quelles sont les difficultés rencontrées pendant l’écriture de ce livre?
**Les difficultés ont été énormes. Je n’ai pas reçu l’assistance des autres en dehors du Président de la République qui a connu ce roman grâce à sa fille Claudia Ikia Sassou Nguesso. J’ai reçu une enveloppe de 3 millions. Cet argent m’avait permis de tirer plusieurs exemplaires pour la parution de mon livre.  

*Qu’est-ce que l’Afrique doit faire pour avoir une ‘‘bonne démocratie’’ ?
**La démocratie ne devrait pas être un dogme intégralement appliqué à l’Occident. Nous devons prendre la démocratie comme une nécessité de chaque pays. Chacun devrait fournir des efforts pour arriver au développement. L’Afrique devrait prendre une partie de la démocratie occidentale, c’est-à-dire piocher dans la liberté d’expression et l’élection du président au suffrage universel et de l’autre côté, dans la démocratie du centre, celle qui permet de garantir le travail. L’Afrique devrait se réveiller et forger son chemin pour arriver à ses fins.  

Propos recueillis par Aybienevie
N’KOUKA-KOUDISSA