Vie des artistes : Malade et abandonné à lui-même, Master Mwana Congo lance un SOS

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Grand guitariste soliste, arrangeur, ancien sociétaire, dans les années 70, de l’orchestre Mando negro kwala-kwa, un ensemble musical brazzavillois dont le siège se trouvait au bar ‘’Choisis’’ (devenu Pharmacie de Moungali), Master Mwana Congo souffre  depuis une vingtaine d’années d’éléphantiasis. Il vit actuellement reclus au quartier Sangolo-l’OMS plus précisément dans la zone de Mbemba-Landou, à Madibou, le 8e arrondissement de Brazzaville.

 
Ce baobab de la musique congolaise et compositeur des célèbres chansons «Massamba» et «Brigitte» est abandonné à lui-même. En vue de bénéficier des soins appropriés, il lance un cri du cœur aux autorités et aux personnes de bonne volonté. «Je ne peux plus marcher. Je suis paralysé, j’ai le pied enflé, je ne sais pas avec quoi je peux le comparer. Donc, vraiment, je cherche des personnes qui peuvent vraiment m’aider pour ma santé. J’en ai besoin!», se lamente l’artiste.
De son nom à l’état-civil Ignace Nkounkou, alias Manatcha, Master Mwana Congo qui dispose d’une guitare qu’il a commandée spécialement dans une usine à l’étranger et n’a pas perdu son doigté malgré sa maladie, a commencé sa carrière musicale dans la capitale congolaise. «J’étais dans l’orchestre Mando negro kwala-kwa, dans les années 70. Nous avions composé beaucoup de chansons, engagées (révolutionnaires) et normales. L’orchestre aussi avait une bonne renommée dans le pays et en dehors des frontières nationales. Vraiment, ceux qui ont vécu ces périodes fastes ne peuvent pas oublier le nom Master Mwana Congo dans l’orchestre Mando negro kwala-kwa. J’étais avec les Fidèle Zizi, Théo Blaise Kounkou, etc. Il y a certains parmi nous qui ne sont plus de ce monde. Nous avons réalisé près de dix albums. J’ai aussi joué et arrangé les chansons du virtuose Pamelo Mounk’a comme: «L’argent appelle l’argent», «Ce n’est que ma secrétaire», «Bouala yayi mambou», etc. Dans l’ensemble, nous avons réalisé également près de six albums», se remémore-t-il. Et d’ajouter: «J’ai accompagné beaucoup d’autres artistes, tel que Kosmos Mountouari et la plupart des artistes qui ont fait tabac à une certaine époque. J’ai travaillé avec eux.»
Considéré, à juste titre, comme l’un des plus grands guitaristes de sa génération sur les deux rives du fleuve Congo, Master Mwana Congo a également, à une certaine époque, accompagné la chanteuse Tshala Muana «la Reine du mutuashi» de la République Démocratique du Congo, dans la plupart de ses tournées, à travers le monde.
Pour avoir marqué d’une pierre blanche l’histoire de la musique congolaise, Master Mwana Congo mérite, vivement, qu’on lui vole au secours. C’est maintenant qu’il a besoin d’un coup de pouce. Pas après.
A bon entendeur, salut!  

Alain-Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires