Fespam (Festival panafricain de musique) : La 11e édition reportée sine die

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Initialement prévue du 8 au 15 juillet 2017, lors de la 16e session de son Comité de direction tenue du 5 au 6 octobre 2016, au Palais des congrès, à Brazzaville, puis repoussée du 19 au 21 juillet, la 11e édition du Fespam (Festival panafricain de musique) a été reportée sine die.  

 

Selon un communiqué du gouvernement, publié le soir du mercredi 12 juillet 2017, le report de l’acte XI de cette fête bisannuelle, placée sous le thème: «Musique et environnement en Afrique et dans la diaspora», s’explique par des «impératifs insurmontables d’agenda».
«Le Gouvernement informe l’opinion nationale et africaine que des impératifs insurmontables d’agenda obligent la République du Congo à procéder au report de la 11e édition du Festival panafricain de musique (Fespam). I
nitialement prévu du 19 au 21 juillet 2017, le Fespam sera organisé à une date ultérieure. Les autorités compétentes annonceront, en temps utile, un nouveau calendrier», précise le communiqué.

La crise financière est passée par-là
A titre de rappel, la 16e session du Comité de direction du Fespam avait arrêté à deux milliards trois cent millions de francs Cfa le budget de la 11e édition du Festival panafricain de musique. La subvention attendue de la République du Congo est de 1.500.000.000; celle des autres Etats africains: 250.000.000; des organisations internationales: 50.000.000; des organisations nationales: 50.000.000; des collectivités locales: 50.000.000; du sponsoring: 300.000.000; et des autres bailleurs et mécènes: 100.000.000. Une somme que les organisateurs du Fespam n’arrivent, semble-t-il pas à rassembler. Et pour cause : la crise financière qui cisaille le Congo, comme bon nombre de pays producteurs de pétrole, d’ailleurs, est passée par-là.
Et puis, il faut avouer que la décision des organisateurs du Festival panafricain de musique de le programmer pendant les élections législatives et locales, dont le premier tour est fixé pour le 16 juillet 2017, n’a pas été judicieuse. Car ces consultations électorales dont la campagne prend fin ce vendredi 14 juillet,  lui jettent grandement de l’ombre.
Mais, en dépit des difficultés auxquelles il est confronté, le Gouvernement tient à préciser que la fête est, simplement, différée. «Le Gouvernement de la République, soucieux de répondre aux attentes de l’Union Africaine, rappelle à l’opinion nationale et internationale le profond attachement des autorités de notre pays aux valeurs culturelles ainsi qu’à l’esprit d’accueil qui caractérisent notre continent.
Tout en exprimant ses regrets à l’Union Africaine, aux États membres et aux nombreux Africains attachés à ce grand rendez-vous culturel simplement différé, le Gouvernement prendra toutes les dispositions pour assurer l’accueil des délégations qui auraient pu, entre-temps, arriver à Brazzaville», conclut le communiqué du Gouvernement.

Véran Carrhol YANGA